Michel-Edouard Leclerc, il faut qu'on parle pesticides

Depuis ce matin 5h, le petit village breton de Landerneau dans le Finistère revêt un tout autre visage : celui de Michel-Edouard Leclerc.

[Edit jeudi 18 août à 12h : Michel-Edouard Leclerc a réagi sur son blog, à Landerneau, nous lui répondons par la voix de Jean-François Julliard, Directeur général de Greenpeace France.

Action à Landerneau, dans la ville natale de Michel Edouard Leclerc © Alg / Greenpeace
Action à Landerneau, dans la ville natale de Michel-Edouard Leclerc © Alg /greenpeace

Riz doré : tout ce qui brille n'est pas or

Dans les vastes étendues vertes des Philippines, les agriculteurs adaptent leurs pratiques pour faire face aux changements climatiques. Grâce à des systèmes écologiques et résilients, ils parviennent à produire de la nourriture aussi bien en période de sécheresse que pendant la saison des typhons. Pourtant, certains scientifiques voudraient les nourrir avec une variété de riz qui concrètement n’existe pas, car elle n’a jamais été cultivée qu’en laboratoire.

E. Leclerc recourt à la violence pour éviter d'affronter la vérité

Mise à jour du 7 juillet 2016 : suite aux actes de violences commis par les agents de sécurité de E.Leclerc et une partie des salariés du magasin E.Leclerc de Bois d’Arcy à l’encontre de nos activistes, nous avons décidé de porter plainte contre la société gestionnaire de ce magasin pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui et violences volontaires. Nous avons rarement vu un tel niveau de violence lors de nos actions, alors que nous agissons toujours dans le respect de nos valeurs. La non-violence en fait partie. C’est une valeur fondamentale de notre démarche, un impératif indissociable de la détermination dans l’action.

Nous demandons à Michel-Edouard Leclerc de prendre ses responsabilités, de s’expliquer sur les actes commis dans l’un de ses magasins et de répondre à notre demande de réduire l’usage des pesticides dans la production de fruits et légumes.

De l'houmous pour sauver la planète : chiche ?

Aujourd’hui, c’est le World Meat Free Day, la journée internationale sans viande. Une bonne occasion pour se passer de viande et de faire ainsi un petit pas pour notre planète. D’autant plus que pour remplacer la viande, il existe une alternative aussi intéressante nutritionnellement qu’agronomiquement : les lentilles, pois chiches, pois cassés, haricots secs, fèves… Autrement dit : les légumes secs. Eh oui, l’houmous peut vraiment sauver la planète !