Pesticides : pour s'en débarrasser, des solutions existent !

En Europe, les populations d’abeilles domestiques ont chuté de 25 % entre 1985 et 2005. Notre modèle d’agriculture industrielle est en grande partie responsable du déclin des abeilles. Nous le savons, les pesticides et la monoculture ne font qu’aggraver la destruction de l’habitat naturel des pollinisateurs. D’accord. Mais comment se passer des pesticides ?

Action : du maïs OGM MON810 planté en France !

Nous sommes en action depuis ce matin dans un champ situé à une quinzaine de kilomètres de Toulouse, dans la commune de Saubens. La raison : nous souhaitons dénoncer une culture de maïs OGM MON810 !

Des militants de Greenpeace se sont rendus sur place pour dénoncer cette culture, dont la surface est estimée à 11 hectares, et effectuer des tests afin de démontrer qu’elle contient bel et bien des OGM.

Greenpeace se mobilise dans 15 villes françaises pour dire "non" aux pesticides

Nous le savons : les abeilles sont en déclin. Nous avons apporté récemment de nouvelles preuves de leur exposition à un cocktail de pesticides contribuant à leur dissémination. Cette étude révèle, entre autre, que plus des deux tiers du pollen prélevés dans les champs et ramenés à la ruche par les abeilles ouvrières ont été contaminés !

Pesticides : quand les abeilles ont le bourdon …

Les abeilles sont considérées comme les « reines de la biodiversité ». Et pourtant, leur nombre continue de diminuer. La raison : un système d’agriculture intensive qui utilise à outrance des produits chimiques. Ce système est promu par des entreprises agrochimiques telles que Bayer, Syngenta ou encore BASF.

Mobilisation de Greenpeace devant le siège de Bayer, en Allemagne
Mobilisation de Greenpeace devant le siège de Bayer, en Allemagne

Les OGM contaminent aussi la France !

Mise à jour du 16 avril 2014, 16h20 – Le cabinet de M. Stéphane Le Foll a pris contact avec Greenpeace pour avoir plus de renseignements et mener son enquête, en lien avec la répression des fraudes. Nous resterons vigilants quant aux suites de cette affaire.

Six OGM différents ont été détectés dans des semences de maïs « certifiées sans OGM » vendues en France en 2013 et 2014 par le semencier espagnol Semillas Fitó ! Une situation inacceptable que nous dénonçons, alors que la loi sur l’interdiction du maïs OGM en France est en débat cet après-midi même à l’Assemblée nationale.

Semences de maïs Tauste commercialisées en France en 2013
Semences de maïs Tauste commercialisées en France en 2013

Le Guetteur en mission au Salon de l'agriculture

Lorsqu’il s’agit de savoir ce qu’il y a dans votre assiette, les Guetteurs sont toujours prêts à mouiller le maillot !

Cette fois, c’est en rencontrant directement les marques qu’ils sont allés à la pêche aux informations. Deux Guetteurs se sont donc rendus au Salon de l’agriculture, à Paris. Ils ont interrogé en caméra cachée ceux qui n’ont pas souhaité répondre à notre enquête et ceux qui utilisent encore des pesticides tueurs d’abeilles et/ou des OGM dans le processus de fabrication de leurs produits.
Parmi toutes les marques interrogées, nous choisissons ici de vous livrer les échanges les plus éloquents.

OGM : entre volonté et immobilisme

Mise à jour du 21 février 2014, 16h57 : les députés écologistes viennent à leur tour de déposer une proposition de loi qui sera examinée en avril par l’Assemblée Nationale. Celle-ci souhaite aller au-delà de la proposition socialiste en visant à faire interdire TOUTES cultures d’OGM en France.

Les OGM à la Une

Que de rebondissements pour le maïs OGM cette semaine ! Il y a de quoi s’y perdre…
Résumons la situation. Lundi soir, une proposition de loi du sénateur socialiste Alain Fauconnier était examinée par le Sénat. Elle visait à faire interdire la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié. Le Sénat a rejeté cette proposition de loi.

En action sur le Champ de Mars pour dire non aux OGM synonymes d'agriculture toxique

Ce matin, Greenpeace a déployé deux maïs OGM de 22 mètres de haut sur le Champ de Mars, pour alerter sur l’imminent retour des OGM dans les champs français. Après l’annulation du moratoire interdisant la culture du maïs OGM Monsanto 810 en France l’été dernier, le gouvernement n’a toujours pas pris de nouvelle mesure d’interdiction. De plus, hier les ministres européens ont refusé d’interdire un nouveau maïs OGM, le Pioneer 1507.