Course Zéro Pesticide – Troisième manche : Quel distributeur prend la tête de la course ?

Cela fait déjà deux ans que la Course zéro pesticide est lancée entre les principales enseignes françaises de la grande distribution. De nombreux changements ont eu lieu depuis l’année dernière. Découvrez le nouveau classement.

Troisième manche de la Course zéro pesticide : le nouveau classement.
Troisième manche de la Course zéro pesticide : le nouveau classement.

Monoprix fait une entrée marquante dans la Course et se place en tête avec Carrefour

Personne ne l’attendait, et pourtant, c’est bien à la première place que se positionne Monoprix grâce à ses engagements allant vers une élimination totale des néonicotinoïdes, ces pesticides particulièrement nocifs pour les pollinisateurs.

L’enseigne a signé cette année un partenariat avec le label Bee Friendly, qui assure la mise en place de mesures de préservation des pollinisateurs. Deux des fournisseurs de Monoprix ont déjà obtenu ce label. Et ce n’est pas tout : Monoprix lance cette année sa nouvelle marque “Monoprix Tous Cultiv’ Acteurs”, dans laquelle l’ensemble de ses fournisseurs se sont d’ores et déjà engagés. Cette démarche vise à l’obtention du label Bee Friendly et prévoit également des mesures de protection de l’eau, des sols et de la biodiversité qui vont au-delà de la seule préservation des pollinisateurs et de leurs écosystèmes. En matière d’amélioration des pratiques agricoles, Monoprix est donc en pole position. D’autant plus que les fournisseurs de l’enseigne ont une situation relativement stable puisqu’ils sont contractualisés avec l’enseigne sur trois ans, ce qui leur assure des ventes sur le long terme.

Carrefour, quant à elle, poursuit ses efforts et maintient sa place de premier de la course.
Par rapport à l’an dernier, l’enseigne cherche à étendre ses pratiques à l’ensemble des fournisseurs de chaque filière déjà engagée vers la réduction des pesticides (à savoir le kiwi du sud-ouest, le brocoli de Bretagne la tomate ancienne de Marmande et blé dur de Provence). En plus de cela, Carrefour a étendu ses expérimentations de réduction des pesticides à des productions majeures : la pomme et la pomme de terre. Dommage qu’elle ne s’engage pas plus pour l’élimination des molécules les plus nocives pour la santé et pour l’environnement, telles que les néonicotinoïdes…

Système U stagne légèrement mais reste deuxième

Alors que l’an dernier les Magasins U se positionnaient en tête de la course aux côtés de Carrefour, en 2016 ils n’ont pas évolué de manière significative. En revanche, ils ont ajouté à leur liste des pesticides à bannir sept pesticides néonicotinoïdes à supprimer de la production de pommes et pommes de terre, et étendu la démarche globale de réduction des pesticides à une partie de ses fruits et légumes surgelés de la gamme U.

L’enseigne reste l’une de celles qui fait le plus d’efforts en matière de réduction des pesticides.

De sérieux progrès pour E.Leclerc, ex aequo avec Intermarché

C’est une vraie révolution : après deux ans de campagne durant lesquels les dirigeants de E.Leclerc sont restés muets à notre égard, l’enseigne, anciennement dernière de la course, déclare désormais vouloir supprimer 50 % des pesticides de ses fruits et légumes (frais et produits transformés) d’ici 2020. Le grand défi sera maintenant de traduire ces engagements de façon concrète. Elle a lancé en parallèle un vaste audit des pratiques de ses fournisseurs qu’elle s’est également engagée à soutenir pour réussir ce virage à 180 degrés.

Côté Intermarché, même constat : les engagements sont là mais les faits restent à venir. En effet, Intermarché semble enfin vouloir s’engager vers la réduction des pesticides, en commençant par les pommes et les pommes de terre. Ceci étant, l’enseigne n’en est qu’au stade des préparatifs. Mais si les projets d’Intermarché sont mis en œuvre, ils auront de réels impacts. Nous attendons encore de connaître le plan d’actions détaillé de l’enseigne pour accompagner les agriculteurs vers une diminution des pesticides.

Auchan et Casino, lanternes rouges

Rien ne va plus pour Auchan. L’an dernier en deuxième position, Auchan se retrouve aujourd’hui bon dernier à cause de son manque d’engagement pour réduire les pesticides. L’enseigne a par exemple mis en place une “Filière responsable” pour les agrumes dans laquelle les fruits reçoivent moins de traitements que les moyennes régionales. Mais cela reste encore assez vague et les données partagées par l’enseigne ne permettent pas d’évaluer correctement l’impact des mesures mises en place. Par ailleurs, une démarche de suivi des agriculteurs aurait été entamée pour les amener vers une réduction des pesticides. Mais là encore, les éléments apportés par l’enseigne restent trop flous pour pouvoir en évaluer le sérieux et l’impact sur le terrain. Affaire à suivre ?

Même chose pour Casino. L’enseigne ferme la marche. On note tout de même une petite évolution depuis l’an dernier avec le développement de son “engagement Agriplus”qui vise à éliminer tous les résidus de pesticides dans les produits finaux. Sauf que l’impact reste incertain puisque cela n’est pas représentatif de ce qu’il se passe réellement dans les champs. En effet, les pesticides utilisés lors de la production ne se retrouvent pas nécessairement dans le produit final.

Vos commentaires

Poster un commentaire

17 commentaires pour « Course Zéro Pesticide - Troisième manche : Quel distributeur prend la tête de la course ? »

En parlant distributeur, lorsque le consom' acteur si met c'est encore mieux !

En voici une belle illustration :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/02/14/20002-20170214ARTFIG00298-le-succes-fulgurant-du-lait-equitable.php

Et Lidl dans tout ça ??

Pourquoi ne pas élargir à d'autres produits agricoles ? Lorsqu'on sait que les céréales sont massivement touchés et qu'ils sont consommés également en masse après transformation : pâtes, pain, farine, ...

Pourquoi dans les magasins ne seraient ils pas réunis tous les produits bio dans plusieurs rayonnages regroupés, cela éviterait de les chercher dans tout le magasin !! Avec si possible les fruits et légumes concernés !!!!

supprimer les pesticides oui oui oui

bonsoir bertho

Pourquoi pas mais pour pleins de raisons le but est de surtout faire disparaitre les produits gorgés de pesticides des magasins.

bonsoir Marion B,
c'est l'objectif, la démarche est que le consommateur refuse systématiquement de les acheter, ainsi il disparaitrons obligatoirement des surfaces de ventes c'est pour cela qu'il faut de l’étiquetage pour informer au mieux le consommateur dans ses choix.

N'oublions pas que le décideur c'est le consommateur.
Les distributeurs stopperons rapidement de mettre à la vente des produits qui ne se vendent pas !

Pour infos:

https://lamarqueduconsommateur.com/

C'est bien de faire cette course zéro pesticide. ... mais on nous a pas dit, nous consom'acteurs qu'il s'agissait d'une course d'escargot ! Comme si notre santé et celle de notre planète pouvait attendre. Dommage qu'il n'y ait que des micro mesures pour faire semblant de faire le buzz. Pourtant zéro pesticide = moins cher pour tout le monde et la planète = biodiversite = indépendance = responsabilité = pérennité = emplois = consom'acteurs . Si les sols deviennent vivants, ils produisent plus et sur une surface plus petite... en bref, les bienfaits sont à de nombreux niveaux et la quote des supermarchés repartirait. Je constate que dans ma région les gens retournent faire leur course sur les marchés de producteurs, et les scoop et amap se développent. Un supermarché a même fermé l'an dernier... il s'agit de le vouloir et de l'exiger plutôt que de monter des plans sur trois ans pour en plus des demi-mesures.... action svp!!!!!

aller sur les marchés et chez les producteurs bio de votre ville ou de votre village, être locavore ne coûte pas plus cher et est bien meilleur pour la planète et pour notre santé

bonsoir labat nicole locavore c'est super s'ils encourageait vraiment la production AB se serait meilleur encore
car le raisonné c'est = PESTICIDES CHIMIQUES DE SYNTHÈSE / OGM et même en production locale ce n'est vraiment pas le TOP .

Quelques réflexions avant l'arrivée des marchands de poisons Boycott des G/M surfaces ou le bio est une aberration, jamais de vrac tout emballé sous plastique provenance anti écologique kiwi du Pérou,avocat d'Afrique du sud ou haricots verts même bio a Noël
Il existe certainement:une coopérative bio pas loin de chez vous, si elle et un peu loin faites du covoiturage
il existe sans doute des producteurs locaux (bio) sur les marchés du coin ou une AMAP
(s'il n'y en a pas c'est le moment d'en monter une)
Une autre solution dans les "jardins ouvriers" pour les gens qui n'ont pas la chance ou la possibilité de vivre a la campagne, c'est souvent difficile a obtenir,vu la demande, mais ça vaut la peine d'essayer
si vous êtes en manque complet de solution procurez vous une revue mensuelle sympa comme "l'age de faire" pas de "clef en main" mais une bonne boite a outil
Bon appétit a tous

Bonsoir rachelcarson
Merci de venir rappeler, en effet ho combien dans la grande distribution l’étique bio* y est extrêmement galvaudé au profit du fric.

* le bio favorise le vrac, renonce à l’emballage, au suremballage aux produit hors saisons efin bref tout ce que l'on rencontre sur les rayons de grande distribution soit disant bio .
et de plus attention dans ce contexte au dérives de prix hyper sur évalués sous prétexte que c'est bio. (limite grosses arnaques)

Genre pomme origine italie disponibles en rayons du 01 janvier au 31decembre super embalée en barquette polystyrène de 4 pommes enveloppées d'un beau film plastique orné d'une belle étiquette adhésive pour lesquelles on ne vous affichera pas le prix au kilo puisque l'unité de vente est à la pièce.
Mais devant ce triste constat j'ai eu l'audace de déposer sur une balance devant le directeur d'un hyper une de ces barquette celle ci m'affichait 520grammes je dis donc que je considère les 20 gr
en tare et retient 500gr de pomme au prix 2.99 € la barquette soit quasi 6€ pour le kilo de pomme il n'y a rien de surprenant qu' à ce tarif là ils n'osent surtout pas afficher leur prix au kilo.

Autre problème, des pommes bio d'Italie toute l'année lorsque l' on est au courant que c'est la meilleure porte de trafic de faux bio en Europe.
voir ce lien :
http://agriculture-environnement.fr/dossiers/agriculture-biologique-87/fraude-au-bio-une-filiere-demantelee-et-sept-personnes-sous-les-verrous,772

C'est pour cela qu'il faut surtout privilégier la production BIO locale qui de plus respecte les saisons
fin d'éviter que l' image BIO soit galvaudée par ses truands .

Il serait bien d'étendre votre enquête aux distributeurs de surgelés : Picard, Thiriet...

bionel dit :
le 17 février 2017 à 21:51
N'oublions pas que le décideur c'est le consommateur.

Tout a fait d’accord avec vous bionel !
Mais comme le bio sera toujours plus chère (plus de travaille plus de technicité pour une production moindre a l’ha) le résultat est que l’alimentation bio n’a toujours pas dépasser les 3% de part de marché de l’alimentation total en France.
La vérité grâce aux consommateurs qui décident et qui « commandent » c’est que en 15 ans ont est péniblement arrivé de 1% en 2000 à 3% seulement de part de marché du bio en 2016.
97% de l’alimentation française n’est pas bio !
Le PB c’est que pour toucher le plus grand nombre les grandes surfaces vont s’approvisionner au moins chère…..A savoir pas chez nous !
Les importations donnent des références de prix que nos producteurs bio ne pourront tenir…..
Pour les marchés, bio/conventionnel égale même combat à venir (et déjà commencé).

Félicitations pour votre enquête. A souhaiter que ce résultat motive ces responsables de notre alimentation. Dans le futur, amplifier ce type d' enquête à TOUS les produits à risques..Merci

Bonsoir alain,

Merci pour votre retour.
Le bio plus chère est un véritable leurre utilisé par les détracteurs et qui de plus est largement amplifié par la grande distribution car elle y trouve un bon filon hyper rémunérateur, c'est aussi une des raisons primordiales pour vraiment boycoter ces circuits pour l'achat de produits BIO car les abus de sur-tarification sur le bio y sont plutôt courant .Il est vraiment préférable d'aller vers le producteur en circuits courts .
par exemple: http://www.reseau-amap.org/

La très faible augmentation de part de marché du BIO ne se résume pas au simple fait que le BIO soit de prix légèrement plus élevé (20à 30% grand max au delà c'est de l'escroquerie) mais à bien d'autre freins qui en limite fortement sont développement.
- Notamment les craintes chez les producteurs de faire le pas vers la conversion en BIO et surtout que celle ci est hyper entretenue par les puissants lobbies grands prescripteurs de pesticides et OGM .
- De très nombreux projets installation en AB peine à se concrétiser par la grande difficulté d’accès au foncier, les surfaces agricole se réduisent de plus en plus et sont denrée rare.
sur ce sujet voir : https://www.terredeliens.org/

Le gros problème des grande surface est qu'elle dénature le BIO en faisant n'importe quoi, elle travaille le BIO sans rien y connaitre de ce fait elle font venir des produits des quatre coins de la planète et hors saisons ce qui est à l'encontre totale de l'éthique BIO et trompe le consommateur sur le véritable BIO .

Ce qui est surtout grave au sujet des produits BIO en grande distribution c'est que l' image BIO y soit galvaudé
par un circuit de distribution totalement inadapté et place ainsi le consommateur dans une profonde confusion par le mélange des produits le non respect de l'éthique et des prix exorbitants trop souvent injustifiés.

Donnez votre avis

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par :
- le blocage du posteur
- l'effacement des commentaires incriminés

Voir nos conditions d'utilisation

Tous les champs sont obligatoires.

Votre nom sera affiché sur le site, visible de tous et donc indexable par les sites de recherche type Google. Veuillez utiliser un pseudonyme si vous ne voulez pas que votre identité soit visible et se retrouve sur d'autres sites.
Elle ne sert qu'à des fins d'administration et ne sera pas publiée sur le site.
Pour lutter contre le spam publicitaire, de nombreux mots sont interdits dans les commentaires. Si ces mots sont présents, votre commentaire sera automatiquement rejeté ou mis en fil d'attente de modération.
De plus, nous n'acceptons que 3 adresses web (URL) au maximum dans les commentaires.

Si votre commentaire est bloqué, il n'apparaîtra pas.
Merci de patienter pour que celui-ci soit mis en ligne.
Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.