Avec FarmErasmus, les agriculteurs prennent la clé des champs.

Des milliers de bébés sont nés de couples Erasmus. Greenpeace a lancé, au niveau européen, un programme d’échanges intitulé FarmErasmus et qui doit permettre aux agriculteur-rices de partager leurs connaissances sur l’agriculture écologique. Combien de projets d’agriculture écologique naîtront du programme FarmErasmus ?

FarmErasmus : des échanges pour découvrir des pratiques d’agriculture écologique

A partir du 23 janvier et jusqu’au 17 février 2017, 16 agriculteur-rice-s vont voyager à travers l’Europe pour se rendre sur des fermes d’accueil afin de découvrir et partager leurs pratiques d’agriculture écologique.

Des agriculteurs grecs vont ainsi se rendre dans des fermes en Belgique pour apprendre comment se passer des OGM dans la nourriture animale. Côté France, quatre agriculteurs visiteront la ferme d’une pionnière de l’agro-écologie en Bulgarie pour apprendre comment se passer de pesticides et engrais de synthèse.


(Pour activer les sous-titres, cliquez sur [CC])

En France, deux fermes accueilleront des agriculteurs européens, venant de Belgique, Bulgarie et Italie : le GAEC Ursule et la ferme de la Guilbardière.

(c) Greenpeace / Jean-Luc Bertini
(c) Greenpeace / Jean-Luc Bertini

Située en Vendée, le GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun) Ursule s’étend sur près de 200 hectares et compte 5 associés, dont Sébastien. On y retrouve bovins et volailles, ainsi qu’une grande variété de céréales et d’oléo-protéagineux.

Quant à Anne et Gilles, propriétaires de la ferme de la Guilbardière, dans le Loir-et-Cher, ils élèvent 35 vaches laitières de différentes races, sur 73 hectares dont 50 de prairies. Joli ratio ! Pendant que Gille s’occupe de nourrir les animaux, Anne, qui cherche à fournir des produits sains et à partager son savoir, fait visiter sa ferme et transforme le lait de l’exploitation. Chaque année, ce sont quelques 1700 visiteurs qui se rendent chaque année sur la ferme.

Vos commentaires

Poster un commentaire

119 commentaires pour « Avec FarmErasmus, les agriculteurs prennent la clé des champs. »

très -très - sympa ce programme "farm-erasmus". Oui, c 'est en fédérant les petits agriculteurs (agriculture paysanne) de differents pays européens qu on va pouvoir les aider au mieux, comme ce qui avait été fait (avec succès) auprès des petits pêcheurs artisanaux.
Suggestion pour la balade trans-campagnes: allez voir l exploitation rizicole de Bernard Poujol, dont un bref reportage est ici:
http://www.canard-desrizieres.fr/
Je suis certain que tous les participants apprécieront !

Saluons cette excellente initiative.
Évidemment qu'il faut à tout prix qu'il faut se passer des ogm dans la nourriture animale.
De plus en plus d'éleveurs en ont conscience et modifient leur comportement. Il faut les encourager.

« Greenpeace a lancé, au niveau européen, un programme d’échanges intitulé FarmErasmus... » ?

« ...A partir du 23 janvier et jusqu’au 17 février 2017, 16 agriculteur-rice-s vont voyager à travers l’Europe... »

Voilà une opération d'une très grande envergure !

« Des agriculteurs grecs vont ainsi se rendre dans des fermes en Belgique pour apprendre comment se passer des OGM dans la nourriture animale ? »

Ça doit être vachement compliqué pour un agriculteur grec de comprendre comment on fait pour se passer « des OGM »...

« Côté France, quatre agriculteurs visiteront la ferme d’une pionnière de l’agro-écologie en Bulgarie pour apprendre comment se passer de pesticides et engrais de synthèse » ?

Faut vraiment aller en Bulgarie pour « apprendre » ?

GP méprise vraiment ses adeptes.

Seppi s’interroge...
Une chose certaine, ce ne sont pas les ragots de pilier de bistro sauce WS qui sont les plus formateur de l'agro-ecologie.

Projet séduisant
Je suis cultivateur à côté d'Alencon (61)
Comment participer à cette belle idée ?

Nous sommes maraîcher bio dans les Landes depuis 18 ans, nous pouvons recevoir en visite des visiteurs de France ou d'ailleurs. Cordialement

C'est URGENT alors je vous le rappel ici!

https://www.change.org/p/m-le-ministre-de-l-agriculture-prot%C3%A9gez-les-citoyens-de-pesticides?utm_source=embedded_petition_view

« Une chose certaine, ce ne sont pas les ragots de pilier de bistro sauce WS qui sont les plus formateur de l'agro-ecologie. »

Ha ! Ha ! Ha ! C'est tout ce qu'il a trouvé ? Pitoyable... à l'image de GP.

bionel dit :
le 19 janvier 2017 à 22:35
Seppi s’interroge...
Une chose certaine, ce ne sont pas les ragots de pilier de bistro sauce WS qui sont les plus formateur de l'agro-ecologie.
-----------------
Seppi dit :
le 20 janvier 2017 à 21:24
« Une chose certaine, ce ne sont pas les ragots de pilier de bistro sauce WS qui sont les plus formateur de l'agro-ecologie. »
Ha ! Ha ! Ha ! C'est tout ce qu'il a trouvé ? Pitoyable... à l'image de GP.
-------------------

► BINGO le poisson a mordu à l’hameçon !!!

► Ben oui figure toi ce ne sont pas tes simples ragots d' ignare grands prescripteurs de POISONS pour enrichir ton imbuvable intox mensongère qui permettrons de développer l'agro-ecologie .

Figure toi la conversion en agriculture biologique cela ne s'improvise pas comme tu l'imagines il faut des compétences, de réelles, de véritables compétences en agronomie surtout pas celle d'un type qui énonce à longueur de temps ses misérables recettes de chimie de synthèse/OGM qui flinguent tout sur leurs passages en faisant croire que c'est de l'agronomie .

La conversion vers l'agriculture biologique ce n'est pas uniquement un sevrage envers les pesticides et engrais chimiques de synthèse; mais avant tout il est obligatoire de redémarrer les sols morts, tu sait bien les sols matraqués depuis des décennies à coup de pesticides à outrance suivant les recommandations des grands prescripteurs de POISONS.
Des sols sans vie, dépourvu de matière organique, sensible au lessivage, à la battance, à l'érosion voilà les conséquences d'une forme d'agriculture hyper destructrice que tu prônes sans cesse afin de gaver une poignée d'assoiffé de pognon au détriment de l’environnement, du bien de l'humanité.

Oui SEPPI cela demande vraiment un apprentissage, oui voir des retours d’expériences sur
d' autre pays c'est hyper enrichissant dans cet apprentissage et un seul et unique pauvre ignare peut en affirmer le contraire ou aussi en douter puisque cela dérange fortement dans ses étranges prescriptions de POISONS.

Nous te comprenons mon pauvre SEPPI, mais FarmErasmus est un excellent projet; il te dérange
cela conforte que c'est un très bon projet !!!

► L' agriculture intensive avec ses POISONS est la semence de la mort de l'humanité.

Quel génie de l'esbroufe, ce Bionel.

Il écrit une ânerie – juste pour assouvir son besoin compulsif d'avoir le dernier mot –, on le met face à son ânerie et... « BINGO le poisson a mordu à l’hameçon !!! »... Mais c'est que l'ânerie était un piège... Stratégie infaillible avec ces âneries : ou bien ça passe (plus ou moins bien), ou bien c'est un piège. Dans un cas comme dans l'autre, M. Bionel n'hésite pas à se faire passer pour un chef d'escadrille...

Mais M. Bionel n'hésite pas à agrémenter ses cris de victoire asiniens par de nouvelles âneries (j'espère que cette espèce fort honorable et bien plus intelligente ne me voudra pas trop d'insister). Or donc :

« Ben oui figure toi ce ne sont pas tes simples ragots d' ignare grands prescripteurs de POISONS pour enrichir ton imbuvable intox mensongère qui permettrons de développer l'agro-ecologie. »

Suit un long exposé sur la complexité de la « conversion » – quel mot juste pour celles des « conversions » qui se font par idéologie, religion, plutôt que par aubaine, par recherche du profit – à l'agriculture dite « biologique ». Et c'est là que l'on découvre – grâce au défenseur inconditionnel, fanatique, de Greenpeace, et à condition de le prendre au mot – l'énormité de la supercherie de « FarmErasmus » :

« A partir du 23 janvier et jusqu’au 17 février 2017, 16 agriculteur-rice-s vont voyager à travers l’Europe... » écrit Greenpeace ?

Il faut bien ça à des agriculteurs grecs pour apprendre en Belgique comment se passer des OGM dans la nourriture animale, et à quatre agriculteurs français pour apprendre en Bulgarie comment se passer de pesticides et engrais de synthèse.

Seize billets d'avion low cost... et Greenpeace fait croire à ses donateurs naïfs qu'ils contribuent à une formidable opération de promotion d'une « agriculture écologique » dont on attend toujours la définition.

Au fait, quel est le classement de Greenpeace en matière d'utilisation des fonds collectés, selon la revue Capital ?

Histoire d'une mafia !
conflits d’intérêts...

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-3/pieces-a-conviction/pieces-a-conviction-du-mercredi-18-janvier-2017_2013268.html

Seppi dit :
le 21 janvier 2017 à 18:47

Quel génie de l'esbroufe, ce Bionel.
► Ho merci !
Ce qui me rassure c'est que mon esbroufe met constamment en évidence la verité qui dérange les grands prescripteurs de POISONS auteurs d'imbuvables intox mensongères sur la réalité agricole.

"Il écrit une ânerie – juste pour assouvir son besoin compulsif d'avoir le dernier mot –, "
► Je dénonce en permanence et de façon systématique les imbuvables intox mensongères sur la réalité agricole des grands prescripteurs de POISONS.

"on le met face à son ânerie et... « BINGO le poisson a mordu à l’hameçon !!! »...
c'est que l'ânerie était un piège... "
► "bionel dit :
le 19 janvier 2017 à 22:35
Seppi s’interroge...
Une chose certaine, ce ne sont pas les ragots de pilier de bistro sauce WS qui sont les plus formateur de l'agro-ecologie."

ce n'est nullement un piège juste le reflet d'une réalité qui dérange évidement notre roi zététique qui est tombé seul dans un piège.

"infaillible avec ces âneries : ou bien ça passe (plus ou moins bien), ou bien c'est un piège. Dans un cas comme dans l'autre, M. Bionel n'hésite pas à se faire passer pour un chef d'escadrille..."
► chef d'escadrille, ho la quelle distinction ;-)))

"Mais M. Bionel n'hésite pas à agrémenter ses cris de victoire asiniens par de nouvelles âneries (j'espère que cette espèce fort honorable et bien plus intelligente ne me voudra pas trop d'insister). Or donc :
« Ben oui figure toi ce ne sont pas tes simples ragots d' ignare grands prescripteurs de POISONS pour enrichir ton imbuvable intox mensongère qui permettrons de développer l'agro-ecologie. »"
► c'est une certitude !

"Suit un long exposé sur la complexité de la « conversion » – quel mot juste pour celles des « conversions » qui se font par idéologie, religion, plutôt que par aubaine, par recherche du profit – à l'agriculture dite « biologique »."
► seppi nous aligne encore ces quelques diatribes CONTRE l'agriculture biologique et nous démontre au passage une nouvelle foison hyper incompétence en AB .

" Et c'est là que l'on découvre – grâce au défenseur inconditionnel, fanatique, de Greenpeace, et à condition de le prendre au mot – l'énormité de la supercherie de « FarmErasmus » :"
► FarmErasmus, dérange fortement notre imposteur, c'est donc pour lui une supercherie...

"« A partir du 23 janvier et jusqu’au 17 février 2017, 16 agriculteur-rice-s vont voyager à travers l’Europe... » écrit Greenpeace ?"
► Ben oui une date de début et une date de fin comme dans de nombreuses autres opérations, mais cela chagrine visiblement notre gros détracteur.

"Il faut bien ça à des agriculteurs grecs pour apprendre en Belgique comment se passer des OGM dans la nourriture animale, et à quatre agriculteurs français pour apprendre en Bulgarie comment se passer de pesticides et engrais de synthèse."
► Oui une chose certaine les échanges d’expériences sont bien plus formateur sur l'agro-ecologie que les pitoyables ragots de pilier de bistro sauce WS !

"Seize billets d'avion low cost... et Greenpeace fait croire à ses donateurs naïfs qu'ils contribuent à une formidable opération de promotion d'une « agriculture écologique » dont on attend toujours la définition."
► selon les préceptes de notre gros détracteur grand prescripteur de POISONS .

"Au fait, quel est le classement de Greenpeace en matière d'utilisation des fonds collectés, selon la revue Capital ?"
Allez seppi nous t' écoutons, mais puisque tu bascule vers l'info n'oublie pas:

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-3/pieces-a-conviction/pieces-a-conviction-du-mercredi-18-janvier-2017_2013268.html

C'est très enrichissant notamment au sujet des magouilles de lobbyistes, évidement ce ne sont que quelques simples retours d’expériences pour un type comme toi. (vas tu encore alerter la meute ou nous faire nouvel exploit zététique?)

► C'est URGENT alors je vous le rappel ici!

https://www.change.org/p/m-le-ministre-de-l-agriculture-prot%C3%A9gez-les-citoyens-de-pesticides?utm_source=embedded_petition_view

Baisse des ventes de pesticides. Une bonne nouvelle et l'amorce d'un changement qu'il faut saluer.
http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211749598991-les-ventes-de-pesticides-reculent-2061274.php

http://ecologie-illusion.fr/OGM-Bt-reduisent-utilisation-des-insecticides.htm
Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

Monsieur/Madame aatea,
Pouvez vous raccourcir un peu vos commentaires s'il vous plait ?
Nous ne les lisons pas et, quoique vous nous racontiez nous nous battons et nous battrons toujours pour un mode d'agriculture saine. Il est inutile de vous fatiguer avec de si longs commentaires puisque nous ne les lisons pas . Et puis, autant vous le dire tout de suite, si vos commentaires étaient plus courts, nous ne les lirions pas non plus. ;))
Si je vous demande ceci, c'est simplement parce que pour nous, c'est fatiguant de dérouler un si long fil alors que la simple vue de votre signature nous amène à zapper direct son contenu.
Ne vous froissez pas pour autant ;)

je réagissais sur la prétendu absence de pesticides dans le bio
le bio utilise des pesticides
les pesticides bio peuvent être particulièrement toxique pour l'homme et la nature.
il faut évaluer les pesticides sur leur toxicité et non sur le faites qu'ils soit ou ne soit pas nature

Ce que vous pensez du bio, on s'en fiche aatea .
Ne perdez pas votre temps.

@aatea
Non aatea , ce n'est pas la toxicité qui compte. La seule question qui importe : est-ce biodégradable ou non ? Des produits toxiques il en existe à profusion dans la nature...mais ils sont biodégradables et c'est la seule chose qui compte.
Le choix du bio n'est fait qu'en considération de ce seul critère. Qu'un produit soit toxique ou non, à partir du moment où il est d'origine organique il se dégradera tout seul et ne portera pas atteinte à l'environnement. Et c'est ça , et uniquement ça qui importe , préserver l'environnement et la biodiversité.
Charlotte K2dmd a raison, allez vous promener ailleurs , vous n'avez rien à faire ici. Votre mauvaise foi est grossière et elle a raison de vous faire remarquer que votre avis sur le bio on s'en fiche royalement.

pardon?
La seule question qui importe : est-ce biodégradable ou non ?
donc, vous considérez que les métaux lourds utilisées par les bio sont biodégradable?
vous êtes sûr de vous?
métaux lourds qui s'accumulent dans la terre et qui sont toxique pour les animaux et les plantes

Les métaux lourds ne sont pas utilisés dans le bio.
Les agriculteurs bio font passer le respect de l'environnement avant la notion de rentabilité.
Et si vous faites allusion au cuivre, il est juste toléré dans certaines cultures et permis sous derogation, mais à des doses très limitées qui n'ont rien de comparable avec l'usage sans limites de tous les pesticides chimiques de l'agriculture intensive.
Si l'usage du cuivre est toléré, c'est du provisoire car de nombreux ingénieurs agronomes travaillent tous les jours dans le recherche afin de lui trouver une solution de remplacement totale d'ici peu.
Ne me ramenez plus cet argument du cuivre et pensez ce que vous voulez, on en a que faire de ce que vous pensez.

Tilouis dit :le 6 février 2017 à 14:15
Les métaux lourds ne sont pas utilisés dans le bio.
=> raté, les métaux lourds sont largement utilisées en bio ...
ce qui est bien dommage pour le animaux et le sol ...

et le cuivre n'est pas toléré il est largement utilisé faute de mieux pour permettre une production décente pour permettre aux agri bio de vivre de leur travail.

https://www.anses.fr/fr/system/files/PHYTO2014sa0112.pdf

L’institut technique de l’Agriculture Biologique (ITAB) a sollicité une demande de dérogation
d’usage dans le cadre de l’article 53 du Règlement (CE) n°1107/2009 pour que la préparation
NEEMAZAL T/S puisse être utilisée afin de lutter contre les pucerons sur pommier.

le monde demande l'autorisation du Neem et qu'importe la "nature"?
Un insecticide “bio” toxique pour les abeilles ?

Le 22 mars dernier, les arboriculteurs de l’Association Rhône-Loire de développement de l’agriculture biologique réclamait l’autorisation d’un insecticide à base d’Azadirachta indica, un arbre d’Asie du Sud communément appelé Neem, lors d’une rencontre avec des représentants du Service régional de l’alimentation de Rhône-Alpes (SRP).

Bien qu’interdit d’usage en France, ce pesticide est déjà largement utilisé par des arboriculteurs bio, et l’administration semble faire preuve de clémence.
Cet usage illégal ne serait pas pour me scandaliser si les nombreuses et bénéfiques propriétés naturelles du Neem (antifébrile, antibactérienne ou anti-inflammatoire) ne présentaient également certains risques pour les abeilles et les humains. Chez l’hyménoptère, une étude de 2000 [1] montrent en effet que l’azadirachtin (la molécule active de cet insecticide végétal) réduit significativement la consommation de sirop des butineuses en condition expérimentale. L’équipe a montré, en outre, un effet de mortalité chez les abeilles adultes avec des sirops contaminés par l’azadirachtin (à partir d’une concentration de 10.87 µg ou microgramme/ml de sirop), et plus encore chez les larves d’ouvrière (à partir de 100.13 ng ou nanogramme/ml). Les nymphes ont également présenté des pigmentations précoces et anormales de plusieurs appendices.

Quant aux mammifères, une étude fait état de perturbation endocrinienne par cette molécule [2] - le Neem est parfois utilisé comme moyen de contraception en Inde -, une autre rapporte qu’il s’agit d’un carcinogène génotoxique [3], et une troisième qu’il provoque des lésions du foie et des poumons chez le rat [4].

Comme quoi tout ce qui est « naturel » n’est pas forcément à consommer ! Il est bon de rappeler que dans leur développement évolutif, les plantes, qui ne peuvent fuir leurs nombreux prédateurs, ont mis au point pour se défendre des poisons parfois redoutables. À manier donc avec précaution...

Je fais parti d'un collectif d'agriculteurs bio basé dans le Vaucluse et je voudrais signaler à aatea qu'en bio nous n'utilisons pas de métaux lourds ni de cuivre. Celui-ci est strictement interdit en AB. Il est seulement utilisé en quantité très limité et sous dérogation en viticulture mais reste absolument interdit dans les autres secteurs et nous ne l'utilisons pas .
Vous n'êtes pas agriculteur alors cessez de parler à notre place. Merci !

Cataldino dit :le 7 février 2017 à 20:00
Je fais parti d'un collectif d'agriculteurs bio basé dans le Vaucluse et je voudrais signaler à aatea qu'en bio nous n'utilisons pas de métaux lourds ni de cuivre.

=> mais oui, mais oui, tiens
http://www.grab.fr/wp-content/uploads/2015/04/Liste-phyto-bio-mara%C3%AEchage-2015v2.pdf
Sulfate de cuivre (BOUILLIE BORDELAISE RSR DISPERSS)
c'eest pas du cuivre?
métaux lourd ?

Le bio sauvé par l’industrie chimique ! http://agriculture-environnement.fr/dossiers/agriculture-biologique-87/article/le-bio-sauve-par-l-industrie-chimique#.WJrER5itmwk.twitter

Lorsque je dis que nous n'utilisons pas de métaux lourds, ni de cuivre cela inclus évidemment la bouillie bordelaise qui contient du cuivre.
Vous n'êtes pas un agriculteur ! Occupez vous de votre vie et cessez de parler en notre nom.
" agriculture et environnement " n'est pas un site fiable.

vous croyez qu'en répétant votre mensonge, il deviendra une vérité ?
http://www.lafranceagricole.fr/actualites/certification-bio-pour-sauver-leur-recolte-ils-ont-utilise-des-pesticides-de-synthese-1,0,2895656667.html

Il demande aussi à ce que le seuil maximal de cuivre utilisé pour la lutte contre le mildiou soit déplafonné « en attendant que la recherche trouve des solutions alternatives », et malgré les « faiblesses [du cuivre] au regard de son impact négatif pour la vie biologique du sol et aquatique ».

Et bien continuez à vous fier à ce que vous racontent "la France Agricole " et " Agriculture et environnement".
Nous sommes un collectif d'agriculteurs bio.
Vous n'êtes pas agriculteur.
Qui êtes vous au juste ?
Sans réponse a cette question précise, ne comptez plus sur moi pour perdre mon temps avec vous.
Nous produisons bio, de qualité et nous n'utilisons aucun produit phyto chimique ou minéral.
Vous êtes libre de ne pas nous faire confiance. On en a que faire de l'opinion de quelqu'un qui prétend savoir mieux que nous alors qu'il n'est pas du métier .
J'insiste, la seule réponse que j'attend de vous est de me dire qui êtes vous et quel est votre métier ? Toute autre réponse ne m'intéresse pas et vous perdiez votre temps car je n'ai aucune intention de polémiquer et j'ai fort à faire contrairement à vous. L'agriculture bio c'est agréable. Elle nous permet de bien vivre correctement, mais c'est du travail et si vous êtes à la retraite et vous vous ennuyez, ce n'est pas mon cas .

Elle nous permet de bien vivre correctement, mais c'est du travail et si vous êtes à la retraite et vous vous ennuyez, ce n'est pas mon cas .
=> c'est très bien pour vous, mais l'agri bio a besoin de produits phytosanitaire surtout l'an dernier.
dont des métaux lourds (cuivre)
....

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

IMPORTANT:
Site internet: http://stopglyphosate.org/

Pauvre aatea pourquoi n'a tu toujours rien compris à l' AB?
En temps que super marchand de mort,pourquoi persistes tu dans tes grands délires de prescripteur de POISONS ?

Pauvre aatea, que trouves tu d'aussi intéressant à venir t'exposer ici en type hyper débile capable de faire la promo de produits toxiques de synthèse non biodégradable qui flinguent les sols et polluent à outrance l'air et la ressource en eau ?

bis
http://ecologie-illusion.fr/OGM-Bt-reduisent-utilisation-des-insecticides.htm
Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

BIS
bionel dit :
le 9 février 2017 à 18:46

Pauvre aatea pourquoi n'a tu toujours rien compris à l' AB?
En temps que super marchand de mort,pourquoi persistes tu dans tes grands délires de prescripteur de POISONS ?

Pauvre aatea, que trouves tu d'aussi intéressant à venir t'exposer ici en type hyper débile capable de faire la promo de produits toxiques de synthèse non biodégradable qui flinguent les sols et polluent à outrance l'air et la ressource en eau.
______________

Visiblement comme il ne comprend toujours rien, le 10 février 2017 à 08:24 il persiste encore avec ses fameuses saloperies OGM !!!!
Mais en superbe ignare il ne connait évidemment pas la résistance développée par les insectes comme celles des adventices dans ses saloperies de cultures OGM !!!

Pauvre troll tu as beau tourner retourner ton imbuvable intox mensongère dans tous les sens ces pesticides et OGM demeurent définitivement des POISONS INDÉSIRABLES en agriculture, persister à prescrire ces merdes de POISONS s'est vraiment PERSISTER DE PRESCRIRE UN CRIME CONTRE L' HUMANITÉ.

rebis
http://ecologie-illusion.fr/OGM-Bt-reduisent-utilisation-des-insecticides.htm
Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

"...la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme ..."

Tien donc le troll nous parle de solanine, serait ce le vrai poison pour l'homme qu'il a savamment voulu évoqué dans son imbuvable intox mensongère notamment sur ses fameuses baies toxiques d' Amarantes ???

La vie de troll n'est pas plus facile en 2017 ;-))
______________

Petit rappel :

bionel dit :
le 9 février 2017 à 13:31

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

IMPORTANT:
Site internet: http://stopglyphosate.org/

petit rappel:

bionel dit :
le 9 février 2017 à 13:31

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

IMPORTANT:
Site internet: http://stopglyphosate.org/

rerebis
http://ecologie-illusion.fr/OGM-Bt-reduisent-utilisation-des-insecticides.htm
Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

le 10 février 2017 à 19:37
Notre troll est toujours en pleine effervescence pour afficher sa suprême débilite !
______________

Petit rappel :

bionel dit :
le 9 février 2017 à 13:31

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

IMPORTANT:
Site internet: http://stopglyphosate.org/

Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

Bonsoir Bionel

J'ai signé la pétition et je l'ai partagée sur FB afin que mes 327 amis la signent également.
Marre du glyphosate ;)

bis Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

Salut bionel
Comme Charlotte, j'ai aussi signé la pétition contre le glyphosate et je l'ai partagé sur Facebook.
Je n'ai pas autant " d'amis" qu'elle sur les réseaux mais d'or et déjà, il y en a 19 qui m'ont répondu l'avoir signé...et partagé à leur tour.
Bonne soirée.

Merci à Charlotte et à zeppe pour votre partage.
zeppe à l'instar des colibris je ne m’inquiète pas ;-))

Amis lecteurs:
Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

IMPORTANT:
Site internet: http://stopglyphosate.org/

rebis Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

Amis lecteurs:

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

Bonjour bionel
J'ai signé cette pétition et le l'ai aussi partagé avec mes amis sur Facebook.
Les tentatives de aatea de brouiller ce forum sont inutiles. Vous avez raison de vous mobiliser pour faire connaître cette pétition. Je le fais aussi de mon coté et je peux vous dire chez nous en Auvergne que ça marche bien.

Merci Sandra15 pour votre action et remarque concernant l'inutilité du troll qui sévit sur ce forum et aussi bien ailleurs.
PAR SON IMBUVABLE INTOX MENSONGÈRE ce grand prescripteur de POISONS demeure plus dangereux pour l'humanité que tous les parasites de cultures qu'il veux combattre avec ses saloperies de PESTICIDES/OGM.

Up/

Amis lecteurs:

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

ert Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

J'ai signé la pétition bionel ;))
C ki le clown qui poste des âneries de 20 bornes de long ?

reter Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

Merci Colvert pour ta participation.
Le clown qui poste des âneries de 20 bornes de long est un type très grand prescripteur de POISONS PESTICIDES/OGM en quette de crédibilité par tous les moyens.
Ce débile personnage s'imagine qu'en polluant notre forum il fait du bon boulot, mais ce n'est simplement qu' un grand charlot que nul ne peux croire rien que par ses âneries de 20 bornes de long car nul n'est dupe; il ne l'a toujours pas compris !

Up/1

Amis lecteurs:

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

suite Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

@bionel
Avec des amis nous venons de signer la pétition. Nous avions été sollicité vendredi dernier par " génération future ".

@Colvert.

Je me pose la même question que vous en voyant ce déséquilibré remplir ce forum avec un texte aussi long dont j'imagine aisément qu'il ne rencontre aucun lecteur . Ben si cela peut lui permettre de s'amuser pendant sa retraite, pourquoi pas ? (°~°)

reesuite Les OGM Bt réduisent l’utilisation des pesticides - Ils protègent l’environnement, les cultures bio, et des épidémies !
En Bref...
Ogm et pesticides, ogm et insecticides : les ogm Bt permettent de réduire les insecticides.
Ogm pesticide : les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes : les cultures OGM bt nécessitent moins d'insecticides.
Pour cette raison, les OGM Bt favorisent la biodiversité, protègent les insectes utiles, ce qui profite même aux cultures bio voisines.

Épandre du pyrèthre bio, autant qu'épandre des pesticides de synthèse, c'est se tirer une balle dans le pied
On a vu ces tracteurs lâchant derrière eux un brouillard inquiétant de pesticides. Ces pesticides tuent les ravageurs, même quand il s'agit de pesticides bio. C’est leur job, on les paye pour ça. Mais, qu'ils soient pesticides de synthèse ou pesticides 100 % bio, ils le font sans aucune délicatesse, sans faire dans la dentelle, et tirent sur tout ce qui bouge : sur les insectes ravageurs, mais également sur nos auxiliaires, les insectes utiles qui se nourrissent des ravageurs [1] ! Ils tuent même les coccinelles, les belles bêtes à bon dieu, qui dévorent sans religion les pucerons en trois coups de mandibules. Le bel habit des coccinelles ne fait pas le moine, sous sa capuche noire il dissimule les mandibules du prédateur ; le prédateur juste, comme il existerait des guerres justes : le prédateur qui se nourrit des ravageurs de nos cultures. Détruire nos auxiliaires, c'est nous tirer dans une balle dans le pied.
Vous aviez rêvé de réduire les pesticides ? Les OGM Bt le font déjà
Ce qui serait bien, ce serait d’inventer des solutions respectueuses de la nature, qui protégeraient nos cultures en ne tuant que leurs ravageurs. Vous en aviez rêvé ; les OGM Bt le font déjà.
Les OGM Bt se défendent des ravageurs comme la plupart des plantes "naturelles", comme les pommes de terre par exemple qui produisent de la solanine : ils produisent eux-mêmes leur propre pesticide. Toutefois les OGM le font avec plus de sécurité pour les consommateurs : on a le bon goût de contrôler chaque nouvel OGM, une précaution élémentaire que l'on juge superflue pour les nouvelles variétés dites naturelles.
En résumé :
Les OGM Bt sont contrôlés

L’insecticide que produisent les OGM Bt est naturel. Il s’agit de toxines "Bt", naturellement produites par des bactéries vivant partout dans le sol. Les toxines Bt, il en existe des centaines, ciblent les insectes. Elles ne font aucun mal aux mammifères – ça tombe bien, nous sommes des mammifères. Elles sont d'ailleurs utilisées comme pesticides naturels sur les cultures biologiques, depuis des dizaines d’années. Si quelqu'un a des doutes sur la sécurité du Bt utilisé par les OGM Bt, il devrait logiquement s'abstenir de manger du bio-Bt, du bio traité à la toxine Bt. Paradoxalement, il semblerait que les meilleur opposants aux OGM Bt soient aussi les meilleurs amateurs de bio-Bt ! ...Il y a tant de mystères non résolus dans l'univers !

Les toxines Bt ont cette formidable qualité d'être très spécifiques. Elles ciblent une catégorie d’insecte, et seulement cette catégorie. Le maïs Bt par exemple n'a jamais fait de mal à une mouche. Ce n'est pas une simple figure de style : le maïs Bt tue effectivement les larves d'un papillon ravageur, mais il ne fait pas de mal à une mouche ; il cible les papillons, qui sont des lépidoptères – mais pas les mouches, qui sont des diptères
Le Bt ne fait pas non plus de mal à une abeille – qui est un hyménoptère.
On accuse certains pesticides classiques, même bio, de nuire aux abeilles... Il serait raisonnable de favoriser l'extension des cultures OGM afin de préserver les abeilles.

Si on ajoute que les toxines Bt ne persistent pas dans l’environnement – elles se dégradent rapidement dans les conditions extérieures – on conviendra qu’on ne pouvait rêver de meilleur insecticide. Ni d’un meilleur moyen de l'utiliser en l’intégrant à la plante à protéger, exactement comme fait la nature.
… Ce qui oblige les militants anti-OGM à avoir l'échine très souple, à être des champions du grand écart. D’un côté, ils applaudissent les pesticides Bt utilisé en agriculture bio – pourquoi pas ? Mais d’un autre côté, ils pourfendent les OGM qui produisent ce même Bt – pourquoi ? D’un côté le WWF considère le Bt comme étant un « produit larvicide biologique qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques ». Mais d’un autre côté, le même WWF, comme tant d’autres organisations vertes, demande, réclame, insiste, exige, se démène, se bat, manifeste, pour que l’on fasse des tests pour vérifier que les OGM produisant cet insecticide bio « qui ne présente aucun des dangers des insecticides chimiques » … ne présentent aucun danger !

Les OGM Bt résistants aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides. Les études sur le sujet sont nombreuses, et concordantes.
« Dans notre base de données bibliographiques entre 2000 et février 2008, sont recensées 695 références portant sur l’impact des cultures transgéniques sur les quantités de pesticides utilisées. Toutes ces publications indiquent que les plantes génétiquement modifiées résistantes aux insectes permettent d’économiser les traitements effectués contre les insectes cibles des transprotéines. » (Analyse de l’avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire français du comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés – Jean-Baptiste Bergé, Directeur de Recherches INRA honoraire et Agnès Ricroch, Maître de Conférences AgroParisTech – 2008 – souligné dans le texte)
« La lutte contre les insectes ravageurs des cultures de coton nécessite le recours à de fréquents traitements insecticides. […] À la suite de l’introduction de nouvelles variétés modifiées génétiquement pour résister aux attaques d’insectes, la quantité de produits insecticides répandus et le nombre de traitements ont été divisés par 3. […]
En Inde, l'emploi de 50 % de variétés de cotonnier Bt entraînerait une diminution des quantités de produits insecticides pouvant atteindre 9200 tonnes par an. […]
Conclusion :
Dans les pays en développement, l'introduction de coton Bt a des répercussions sur la "santé" de l’environnement avec une moindre contamination par les produits insecticides […] » (OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ? – AFSSA, Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, 2004)
« En moyenne, les fermiers qui cultivent le coton Bt en Chine ont réduit de 70 % les pulvérisations de pesticides contre l’anthonome du cotonnier d’Asie, produisant le kilogramme de coton 28 % moins cher que ceux qui n’utilisent pas le coton Bt (Huang et al. 2002b). Ces avantages ont eu des répercussions importantes sur la situation agronomique, environnementale, sanitaire et économique d’environ 5 millions de fermiers disposant de peu de ressources, dans 8 provinces. De la même façon, des essais effectués en Chine avec du riz contenant des gènes le rendant résistant aux larves d’insectes qui ravagent les rizières, ont montré une baisse de 80 % de l’utilisation des pesticides et une augmentation du rendement de 6 à 9 % (Coghlan 2005).
[…]
Une étude sur deux ans portant sur les répercussions économiques de l’adoption du coton Bt par les fermiers des Makhatani Flats de la province Kwa-Zulu Natal d’Afrique du Sud, a montré que non seulement il y avait eu des augmentations de rendements, mais que les économies réalisées du fait de la réduction des applications de substances chimiques l’emportaient sur le coût plus élevé des semences (Ismael et al. 2001). Entre 1997 et 2001, le nombre de cultivateurs de coton d’Afrique du Sud ayant adopté les plants de coton Bt a été multiplié par 16 (Bennett et al. 2003). » (Biotechnologie alimentaire moderne, santé et développement: étude à partir d'exemples concrets - Organisation mondiale de la Santé 2005)
« La communauté scientifique s’accorde pour dire que l’utilisation de cultures transgéniques Bt résistantes aux insectes contribue à réduire le volume et la fréquence de l’utilisation d’insecticides sur les cultures de maïs, de coton et de soja (CIUS). Ce résultat a été particulièrement significatif pour la culture du coton en Afrique du Sud, en Australie, en Chine, aux États-Unis et au Mexique » (FAO - LA SITUATION MONDIALE DE L'ALIMENTATION ET DE L'AGRICULTURE - 2003-2004)
Un raport du ministère de l'Agriculture américain, de février 2014, constate :
« L'usage d'insecticides a baissé, aussi bien chez les agriculteurs ayant recours à des maïs Bt que chez ceux utilisant des semences non GM - seuls 9% des maïsiculteurs américains ont eu recours à des insecticides en 2010. L'usage d'insecticide sur les plantations de maïs est passé de 235 g par hectare [0,21 livre par acre] en 1995 à 22 g par hectare [0,02 livre par acre] en 2010. Ce qui est en accord avec le déclin régulier des populations de pyrale du maïs, déclin observé au cours de la décennie passée et dont il a été démontré qu'il résulte directement de l'adoption des semences Bt » (Genetically Engineered Crops in the United States - United States Department of Agriculture)
Même des sites militants en conviennent :
« les plantes Bt permettent a priori de diminuer la quantité d’insecticide pulvérisé sur les cultures » (Site de l'Association Générations Futures, qui a pour objet d'agir contre « les conséquences négatives de l’agriculture ou de toute autre activité humaine utilisant les produits phytosanitaires et les engrais de synthèse » - visité en juillet 2014)
Les chercheurs ne débattent plus aujourd’hui sur le point de savoir si les OGM Bt résistant aux insectes permettent de réduire l’utilisation des insecticides ; ils le permettent.
Toutefois, les OGM Bt ne suppriment pas totalement le besoin d’insecticides, en raison même de l'une de leurs qualités, leur extrême sélectivité. Contrairement au pyrèthre bio qui tire sur tout ce qui bouge, les OGM ciblent le principal ravageur, celui-là seul. Ils ne s’attaquent donc pas à d’autres ravageurs éventuels, moins dangereux, des seconds couteaux en quelque sorte. C’est pourquoi on utilise encore des insecticides classiques dans les cultures OGM, pour contrôler les seconds couteaux. Mais le résultat fondamental est que les OGM résistant aux insectes permettent de réduire globalement l’utilisation des insecticides.
Pourtant, quelques militants contestent encore ce résultat incontestable. Leur astuce consiste à considérer l'ensemble des OGM – résistants à un herbicide, résistants à un insecte, ou autres – et à jouer sur les mots en additionnant les consommations d'herbicides et d'insecticides (qui sont tous des pesticides). Il est ainsi facile de montrer que l'utilisation de pesticides progresse sur les cultures OGM prises dans leur ensemble. Cette progression résulte d'une utilisation accrue d'herbicides sur les OGM tolérants à un herbicide... Évidemment, puisque ces OGM ont été créés pour que l'on puisse utiliser certains herbicides !
Autre astuce utilisée par les militants : "OK, les agriculteurs utilisent moins d'insecticides sur les cultures Bt ; mais il faut tout compter, et donc compter aussi les insecticides fabriqués par la plante OGM Bt".
Il est vrai qu'un champ de maïs Bt contient la protéine Bt. Mais si l'on fait les comptes de cette façon, il faut alors considérer aussi qu'un champ de pommes de terre bio est un champ gorgé d'insecticides, en raison de la solanine produite naturellement par les pommes de terre. La différence importante est que la solanine de la pomme de terre bio est un glycoalcaloïde, un vrai poison pour l'homme, alors que la protéine Bt du maïs OGM est inoffensive pour l'homme.
Les OGM Bt protègent les cultures bio ! La combinaison gagnante : OGM Bt + lutte biologique
Par principe les OGM Bt se défendent tout seuls de leur principal ravageur. Ce qui entraîne une cascade de conséquences vertueuses pour l'environnement.

Les cultures Bt permettent de réduire l'utilisation des insecticides. Conséquence naturelle ; puisque les plantes Bt se défendent toutes seules, il n'est plus nécessaire de les arroser copieusement d'insecticides.

Les cultures Bt favorisent la biodiversité. Conséquence naturelle ; puisque l'on épand moins d'insecticides dans les champs Bt, on y trouve naturellement plus d’insectes et autres bestioles, en plus grande diversité. Les insectes qui ne faisaient que passer, ou les grenouilles, sont épargnés et disent merci.

Les cultures Bt favorisent la lutte biologique. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes variés dans les champs Bt, y compris des insectes utiles, ces auxiliaires qui se nourrissent d'insectes nuisibles.

Les cultures Bt peuvent même être utiles aux cultures bio. Conséquence naturelle ; puisqu'il y a plus d'insectes utiles dans les champs Bt, ces insectes utiles se retrouvent également dans les champs voisins, même s'ils sont bio, qui bénéficient ainsi eux aussi de leur appétit utile.

« Grâce à des données recueillies de 1990 à 2010 sur 36 sites dans 6 provinces du nord de la Chine, les chercheurs ont étudié l’impact de la culture de coton Bt sur les organismes présents dans l’agro-écosystème coton et les cultures environnantes. Ils ont observé que la diminution d’utilisation d’insecticides à large spectre liée à la culture de coton Bt a favorisé l’augmentation des populations de trois groupes majeurs de prédateurs généralistes naturels : les coccinelles, les araignées et les chrysopes. Ainsi ces auxiliaires des cultures, dont les populations sont largement affectées par les insecticides à large spectre utilisés en agriculture conventionnelle, sont plus abondants dans les cultures de coton Bt. Ils y contribuent au contrôle biologique d’un autre ravageur lui aussi majeur du coton mais contre lequel la toxine Bt est inefficace, le puceron Aphis gossypii. Les chercheurs ont également observé que les auxiliaires colonisent les cultures voisines non transgéniques (maïs, arachide et soja). [...]
« L'adoption à grande échelle d’une culture Bt,en favorisant indirectement l'abondance des prédateurs généralistes dans les champs Bt (via un usage moins intensif d’insecticides), pourrait aider à restaurer un service écosystémique clé pour une agriculture durable, la régulation biologique naturelle par la faune auxiliaire. » (La culture de coton Bt favorise un service écosystémique, la régulation biologique – INRA – 2012, Maj 2013)
C'est pourquoi, si on veut utiliser au mieux la lutte biologique et réduire l'utilisation des insecticides, l'une des combinaisons gagnantes pourrait être :
OGM Bt + lutte biologique.
(Il faut rappeler que le pyrèthre par exemple, insecticide biologique qui tue tout ce qui bouge, même les bestioles auxiliaires, est incompatible avec la lutte biologique.)
En attendant que les OGM Bt soient enfin compris et acceptés, les grenouilles tremblent ; elles ont même la chair de poule – ce n’est pas banal pour des grenouilles. Elles frissonnent en redoutant la victoire du lobbying anti-OGM. Elles redoutent les pesticides, même bio, le pyrèthre par exemple, 100 % naturel et bio, qui tue même les grenouilles et les poissons. Elles réclament des OGM Bt, pour être moins aspergées d’insecticides mortels pour elles. Il n'est pas facile d'être vert quand on est grenouille... Écoutez-les, le soir à la belle saison, lorsqu’elles coassent entre elles au bord de l'étang : elles ne parlent que de ça ; et de sexe aussi naturellement.
OGM et papillons
Une étude de 1999 avait cru déceler que le superbe papillon monarque était victime d'un maïs OGM Bt. Cette étude a été rapidement invalidée, le monarque n'a rien à craindre des OGM Bt.
Cet épisode est intéressant par son côté psychologique. Les médias se sont précipités, annonçant que les OGM nuisaient à un beau papillon inoffensif, preuve que les OGM sont néfastes – thème vendeur.
En réalité, c'était surtout la preuve que la propagande anti-OGM a réussi à nous faire perdre notre bon sens. Nous avons perdu de vue cette évidence élémentaire que même si les OGM Bt occasionnaient quelques dégâts collatéraux sur un papillon innocent – ce qui n’est pas le cas – ces dégâts ne seraient rien comparés aux destructions massives que provoquent les épandages d'insecticides "classiques", de synthèse ou bio. Les OGM Bt, qui permettent de réduire ces épandages, ne peuvent au contraire que préserver globalement les insectes non cibles.

Les OGM protègent des épidémies

OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/ogm-les-nobel-accusent-greenpeace-d-etre-dogmatique-et-anti-scientifique_1808116.html
comment pouvez vous soutenir une association qui basent ces campagnes sur le mépris de la science ainsi que le mépris de la vie humaine uniquement pour avoir + adeptes et donc plus de cotisations.

Merci Anubis et à vos amis pour votre pour votre participation contre ce POISON .
Toutes nos excuses au sujet des lourds problèmes cognitifs de notre déséquilibré notoire .

Up/2

Amis lecteurs:

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

Une page d' éclairage pour les personnes qui se demandent qui se cache réellement derrière les longs fleuves d’âneries sur notre forum et ainsi leur permettre de mieux comprendre l' imbuvable intox des lobbyistes grands prescripteurs de POISONS.

http://democratie-reelle-nimes.over-blog.com/2015/05/lanceurs-d-alertes-et-e-reputation-revelations-sur-la-strategie-de-diffamation-du-lobby-ogm.html

Bonne lecture .

comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

Up/3

Amis lecteurs:

Voici le moment d' agir avec cette superbe Initiative citoyenne européenne !!!

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

GREENPEACE dit la vérité cela fait évidement peur au grands prescripteurs de POISONS ainsi pauvre SEPPI tu peux toujours venir les énumérés un à un ici avec leurs boniments à la clef, les lecteurs ne sont pas dupes et tes éternelles âneries ne te rendront jamais plus crédible .

Les lecteurs les consommateurs refusent systématiquement tes merdes de POISONS pourquoi persiste tu à faire le guignol ?

J'ai signé la pétition bionel.
Bonne journée.

bis comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

Très marrant de voir tous ces gens signer une pétition aussi utile et importante entrecoupés de posts à rallonge émanants d'un aigri qui ne supporte pas cette salutaire mobilisation !

Merci Olivier pour votre participation sur cette superbe Initiative citoyenne européenne
Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

Je l'ai signé aussi bionel...;-))

@Anti Seppi

Cette salutaire mobilisation témoigne du refus catégorique et grandissant des consommateurs envers les POISONS de ce grand prescripteur de plus en plus aigris.

Cette salutaire mobilisation semble produire sur lui strictement les même effets qu'une forte pression d'Helicobacter pylori.

► Enfin seppi pour te soulager de tous ces maux voici ci dessous le bon remède ... ;-))

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

merci également Anti Seppi pour votre participation sur cette superbe Initiative citoyenne européenne

http://allianceforscience.cornell.edu/farmer-perspectives-bt-brinjal-bangladesh
Farmers' Perspectives: Bt Brinjal in Bangladesh
Tuesday, May 31, 2016
In 2013, Bangladesh commercialized Bt Eggplant, also known as Bt Brinjal, a genetically modified eggplant that is resistant to the fruit and shoot borer pest. This technology not only allows farmers to drastically reduce their use of insecticides by 80% or more, it also decreases yield loss due to pest damage.

In March 2016, Alliance for Science staff visited several Bangladeshi farmers who are currently growing Bt brinjal to assess the impact that this new agricultural technology is having on their farms and livelihoods.

Here’s what they had to say in their own words:

pauvre seppi cesse donc de vouloir faire croire que tes nouveaux POISONS sont meilleurs que ceux d'il y a 50 ans !!!

Tes messages restes de superbes ringardises que nul ne peux croire .

Toujours la preuve avec cette superbe Initiative citoyenne :

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

rebis comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

pauvre troll toute ton imbuvable intox est la honte pour une approche scientifique et rationnelle.

La plus belle avancée ce trouve dans le partage et la signature de
cette superbe Initiative citoyenne :

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

rerebis comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

Up
pauvre troll toute ton imbuvable intox est la honte pour une approche scientifique et rationnelle.

La plus belle avancée ce trouve dans le partage et la signature de
cette superbe Initiative citoyenne :

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

up comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

Nous sommes agriculteurs bio della Scicillia e nous avons signé pétition avec totta la famiglia.
Ciao, ciao bionel

Merci Djiloutzinouet toute la famille pour votre participation sur cette superbe Initiative citoyenne européenne.

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ce POISONS !

reup comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

Up1
Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ce POISONS !

rereup comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

Vous perdez votre temps aatea. Vous voyez bien que de nombreux lecteurs lisent les posts de bionel et pas les vôtres .

aatea qu' espères tu encore a constamment t'exposer en troll hyper débile ?

Franchement nul ne veux de tes POISONS nul ne peux boire ton imbuvable intox mensongère tu n'as toujours rien compris?

Au fait c' est qui le patron ?!

http://lamarqueduconsommateur.com/comment-ca-marche/

Un succès qui va fortement empoisonner les marchands de mort comme toi ;-))
hé oui ce ne sont pas les lobbyistes escrocs, mais bien les consom' acteurs eux même qui décident de se que l'on veux retrouver dans notre assiette.

Tes pesticides/OGM nul n'en veux inutile de mobiliser ta meute comme à ton habitude

Et toujours d'actualité !

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ce POISONS !

rerereup comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

aatea qu' espères tu encore a constamment t'exposer en troll hyper débile ?

Franchement nul ne veux de tes POISONS nul ne peux boire ton imbuvable intox mensongère tu n'as toujours rien compris?
Up
Au fait c' est qui le patron ?!

http://lamarqueduconsommateur.com/comment-ca-marche/

Un succès qui va fortement empoisonner les marchands de mort comme toi ;-))
hé oui ce ne sont pas les lobbyistes escrocs, mais bien les consom' acteurs eux même qui décident de se que l'on veux retrouver dans notre assiette.

Tes pesticides/OGM nul n'en veux inutile de mobiliser ta meute comme à ton habitude

Et toujours d'actualité !

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ce POISONS !

aatea qu' espères tu encore a constamment t'exposer en troll hyper débile ?

Franchement nul ne veux de tes POISONS nul ne peux boire ton imbuvable intox mensongère tu n'as toujours rien compris?
Up1
Au fait c' est qui le patron ?!

http://lamarqueduconsommateur.com/comment-ca-marche/

Un succès qui va fortement empoisonner les marchands de mort comme toi ;-))
hé oui ce ne sont pas les lobbyistes escrocs, mais bien les consom' acteurs eux même qui décident de se que l'on veux retrouver dans notre assiette.

Tes pesticides/OGM nul n'en veux inutile de mobiliser ta meute comme à ton habitude

Et toujours d'actualité !

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ce POISONS !

rererereup comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

le 18 février 2017 à 13:35 notre troll c'est de nouveau illustré au travers de ses grandes débilites.

ap comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

le 19 février 2017 à 15:49 notre troll c'est de nouveau illustré au travers de ses grandes débilites.

Et toujours d'actualité !

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ce POISONS !

reap comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

le 20 février 2017 à 08:47 comme s'il se sentait obligé, notre stupide troll c'est de nouveau illustré au travers de ses grandes débilites.

► Parce que les OGM sont environnementalement désastreux .
► Parce que les OGM sont économiquement désastreux .
► Parce que les OGM sont socialement désastreux .

=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas vivable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas viable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas équitable.

POUR TOUTES CES GRANDES RAISONS LES OGM VONT A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

==► Pour cette seule et unique raison pas plus les Prix Nobel à la rescousse des super lobbyistes grands prescripteurs de POISONS n' imposerons ces chimères génétiques en force

Toute personne un minimum censée ne peux aujourd’hui admettre et accepté cette morbide évolution sous couvert de la science et qui conduit purement et simplement à l’accaparement de notre alimentation par une sale mafia qui plus est représente un perfide phénomène A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

____________

Bien sur sans oublier ces quelques actualités ...

Au fait c' est qui le patron ?!

C 'est ici ► http://lamarqueduconsommateur.com/comment-ca-marche/

Un succès qui va fortement empoisonner les marchands de mort comme toi ;-))
hé oui ce ne sont pas les lobbyistes escrocs, mais bien les consom' acteurs eux même qui décident de se que l'on veux retrouver dans notre assiette.

Tes pesticides/OGM nul n'en veux inutile de mobiliser ta meute comme à ton habitude

► Et toujours d'actualité cette magnifique initiative :► ► ►

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ces POISONS !

UP

► Parce que les OGM sont environnementalement désastreux .
► Parce que les OGM sont économiquement désastreux .
► Parce que les OGM sont socialement désastreux .

=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas vivable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas viable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas équitable.

POUR TOUTES CES GRANDES RAISONS LES OGM VONT A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

==► Pour cette seule et unique raison pas plus les Prix Nobel à la rescousse des super lobbyistes grands prescripteurs de POISONS n' imposerons ces chimères génétiques en force

Toute personne un minimum censée ne peux aujourd’hui admettre et accepté cette morbide évolution sous couvert de la science et qui conduit purement et simplement à l’accaparement de notre alimentation par une sale mafia qui plus est représente un perfide phénomène A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

____________

Bien sur sans oublier ces quelques actualités ...

Au fait c' est qui le patron ?!

C 'est ici ► http://lamarqueduconsommateur.com/comment-ca-marche/

Un succès qui va fortement empoisonner les marchands de mort comme toi ;-))
hé oui ce ne sont pas les lobbyistes escrocs, mais bien les consom' acteurs eux même qui décident de se que l'on veux retrouver dans notre assiette.

Tes pesticides/OGM nul n'en veux inutile de mobiliser ta meute comme à ton habitude

► Et toujours d'actualité cette magnifique initiative :► ► ►

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ces POISONS !

rebp comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

pauvre troll incompétent hyper acculé et totalement incapable de faire autre chose que son copié collé de ce long texte qui n'a aucun sens et que nul ne veux lire .

pauvre troll qui penses tu encore attraper avec ton éternelle imbuvable intox mensongère?

recp comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

"alliance de cerveaux"

=> Toujours le même phénomène de meute orchestré et utilisé par les très machiavéliques grands prescripteurs de POISONS pour redorer l'image de leur scélérate mafia pro OGM/PESTICIDES.

________________

► Parce que les OGM sont environnementalement désastreux .
► Parce que les OGM sont économiquement désastreux .
► Parce que les OGM sont socialement désastreux .

=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas vivable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas viable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas équitable.

POUR TOUTES CES GRANDES RAISONS LES OGM VONT A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

==► Pour cette seule et unique raison pas plus les Prix Nobel à la rescousse des super lobbyistes grands prescripteurs de POISONS n' imposerons ces chimères génétiques en force

Toute personne un minimum censée ne peux aujourd’hui admettre et accepté cette morbide évolution sous couvert de la science et qui conduit purement et simplement à l’accaparement de notre alimentation par une sale mafia qui plus est représente un perfide phénomène A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

____________

Bien sur sans oublier ces quelques actualités ...

Au fait c' est qui le patron ?!

C 'est ici ► http://lamarqueduconsommateur.com/comment-ca-marche/

Un succès qui va fortement empoisonner les marchands de mort comme toi ;-))
hé oui ce ne sont pas les lobbyistes escrocs, mais bien les consom' acteurs eux même qui décident de se que l'on veux retrouver dans notre assiette.

Tes pesticides/OGM nul n'en veux inutile de mobiliser ta meute comme à ton habitude

► Et toujours d'actualité cette magnifique initiative :► ► ►

Intitulé:
Interdire le glyphosate et protéger la population et l’environnement contre les pesticides toxiques
http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2017/000002?lg=fr

Important, merci de visiter et de faire connaitre à vos contacts ce site internet:

https://stopglyphosate.org/fr/

A l'instar des colibris nous vaincrons ces POISONS !

Les éternels grands prescripteurs de POISONS rejoint par soit disant selon leurs dires par une "alliance de cerveaux" ce qui resemble en fait bien plus à une poignée de saltimbanques mobilisés pour faire du bruit en faveur de leur POISONS à la veille des élections .

Mais nul n'est dupe les PETITS JEUX des grands prescripteurs de POISONS de surcroit super lobbyistes pro OGM/PESTICIDES sont parfaitement connus et ne passent surtout pas inaperçus.

Ainsi pour redorer leur image plus que terme de marchands de POISONS ils tentent maintenant d'avancer sous le couvert de la science pour permettre à leur imbuvable intox mensongère de devenir aussi limpide que de l'eau claire .

Mais les consommateurs qui sont aussi les électeurs ne sont surtout pas dupes et de plus en plus informés ils refusent catégoriquement leurs POISONS c'est ainsi que les marchands de POISONS alliés avec des ces "cerveaux" n'aurons aucune chance dans leurs manœuvres aussi chaotique que désespérée à la veilles de ces
élections .

Allez donc pauvre truands lobbyistes rentrez donc vite au vestiaires car votre veste vous y attend.

_______________

Enfin il ne faut pas oublier que:

Le riz doré est un OGM au même titre que tout autre OGM et à ce titre ...

► Parce que les OGM sont environnementalement désastreux .
► Parce que les OGM sont économiquement désastreux .
► Parce que les OGM sont socialement désastreux .

=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas vivable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas viable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas équitable.

POUR TOUTES CES GRANDES RAISONS LES OGM VONT A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

==► Pour cette seule et unique raison pas plus les Prix Nobel à la rescousse des super lobbyistes grands prescripteurs de POISONS n' imposerons ces chimères génétiques en force

Toute personne un minimum censée ne peux aujourd’hui admettre et accepté cette morbide évolution sous couvert de la science et qui conduit purement et simplement à l’accaparement de notre alimentation par une sale mafia qui plus est représente un perfide phénomène A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

redp comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle".

le 22 février 2017 à 08:44

Toujours bien matinal ce pauvre troll pour venir éructer sur ce forum ses effluves fortement enrichies de ses profondes débilites que nul ne peux croire.
__________

Allez revenons donc à la réalité, la vérité est donc :

Les éternels grands prescripteurs de POISONS rejoint par soit disant selon leurs dires par une "alliance de cerveaux" ce qui resemble en fait bien plus à une poignée de saltimbanques mobilisés pour faire du bruit en faveur de leur POISONS à la veille des élections .

Mais nul n'est dupe les PETITS JEUX des grands prescripteurs de POISONS de surcroit super lobbyistes pro OGM/PESTICIDES sont parfaitement connus et ne passent surtout pas inaperçus.

Ainsi pour redorer leur image plus que terme de marchands de POISONS ils tentent maintenant d'avancer sous le couvert de la science pour permettre à leur imbuvable intox mensongère de devenir aussi limpide que de l'eau claire .

Mais les consommateurs qui sont aussi les électeurs ne sont surtout pas dupes et de plus en plus informés ils refusent catégoriquement leurs POISONS c'est ainsi que les marchands de POISONS alliés avec des ces "cerveaux" n'aurons aucune chance dans leurs manœuvres aussi chaotique que désespérée à la veilles de ces
élections .

Allez donc pauvre truands lobbyistes rentrez donc vite au vestiaires car votre veste vous y attend.

_______________

Enfin il ne faut pas oublier que:

Le riz doré est un OGM au même titre que tout autre OGM et à ce titre ...

► Parce que les OGM sont environnementalement désastreux .
► Parce que les OGM sont économiquement désastreux .
► Parce que les OGM sont socialement désastreux .

=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas vivable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas viable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas équitable.

POUR TOUTES CES GRANDES RAISONS LES OGM VONT A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

==► Pour cette seule et unique raison pas plus les Prix Nobel à la rescousse des super lobbyistes grands prescripteurs de POISONS n' imposerons ces chimères génétiques en force

Toute personne un minimum censée ne peux aujourd’hui admettre et accepté cette morbide évolution sous couvert de la science et qui conduit purement et simplement à l’accaparement de notre alimentation par une sale mafia qui plus est représente un perfide phénomène
A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

["Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.]

==> Veulent t'ils prendre les gens pour des demeurés en faisant croire que leurs saloperies OGM sont gratuites ???
Allez pauvres truands vos arguments ne tiennent pas et ne tiendrons jamais la route car nul ne veux de vos POISONS .

reep comment défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle"

up
["Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.]

==> Veulent t'ils prendre les gens pour des demeurés en faisant croire que leurs saloperies OGM sont gratuites ???
Allez pauvres truands vos arguments ne tiennent pas et ne tiendrons jamais la route car nul ne veux de vos POISONS .

Allez revenons donc à la réalité, la vérité est donc :

Les éternels grands prescripteurs de POISONS rejoint par soit disant selon leurs dires par une "alliance de cerveaux" ce qui resemble en fait bien plus à une poignée de saltimbanques mobilisés pour faire du bruit en faveur de leur POISONS à la veille des élections .

Mais nul n'est dupe les PETITS JEUX des grands prescripteurs de POISONS de surcroit super lobbyistes pro OGM/PESTICIDES sont parfaitement connus et ne passent surtout pas inaperçus.

Ainsi pour redorer leur image plus que terme de marchands de POISONS ils tentent maintenant d'avancer sous le couvert de la science pour permettre à leur imbuvable intox mensongère de devenir aussi limpide que de l'eau claire .

Mais les consommateurs qui sont aussi les électeurs ne sont surtout pas dupes et de plus en plus informés ils refusent catégoriquement leurs POISONS c'est ainsi que les marchands de POISONS alliés avec des ces "cerveaux" n'aurons aucune chance dans leurs manœuvres aussi chaotique que désespérée à la veilles de ces
élections .

Allez donc pauvre truands lobbyistes rentrez donc vite au vestiaires car votre veste vous y attend.

_______________

Enfin il ne faut pas oublier que:

Le riz doré est un OGM au même titre que tout autre OGM et à ce titre ...

► Parce que les OGM sont environnementalement désastreux .
► Parce que les OGM sont économiquement désastreux .
► Parce que les OGM sont socialement désastreux .

=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas vivable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas viable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas équitable.

POUR TOUTES CES GRANDES RAISONS LES OGM VONT A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

==► Pour cette seule et unique raison pas plus les Prix Nobel à la rescousse des super lobbyistes grands prescripteurs de POISONS n' imposerons ces chimères génétiques en force

Toute personne un minimum censée ne peux aujourd’hui admettre et accepté cette morbide évolution sous couvert de la science et qui conduit purement et simplement à l’accaparement de notre alimentation par une sale mafia qui plus est représente un perfide phénomène
A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle"

Bien contrairement aux nombreux propos fallacieux des lobbyistes grands prescripteurs de POISONS voici un constat super alarmant concernant leurs merdes OGM et ce n'est que le début des mauvaises nouvelles ...

_________

univers-nature.com
Sédiments de rivière et OGM (Canada)

D’après une étude scientifique citée par le professeur Jean-François Narbonne de l’Université de Bordeaux (France), les sédiments puisés à l’embouchure de la rivière Richelieu, en bordure des champs de maïs transgéniques Bt, contiennent des concentrations de la toxine Bt (Bacillus thuringiensis – utilisée comme insecticide) 5 fois plus élevées que les eaux de drainage et les sédiments des terres agricoles environnantes, apprend-on dans l’édition du 18 décembre 2001 du Devoir. Le professeur émet l’hypothèse que les racines du maïs transgénique Bt transmettent ce gène à d’autres bactéries qui, à leur tour, produisent du Bt. Ce serait par l’écoulement des eaux que cette toxine se retrouverait dans le système fluvial.
« Ce qui est inquiètant dans cette histoire, est que ce soit un scientifique étranger qui nous révèle la contamination génétique de la rivière Richelieu au Québec alors que les scientifiques d’Environnement Canada et de l’Institut de recherche en biotechnologie de Montréal, qui ont effectué la prise des échantillons, sont demeurés silencieux jusqu’à présent. Cela nous en dit long sur la soi-disant neutralité et l’indépendance des scientifiques du gouvernement ! », note E. Darier de Greenpeace.

Source:
http://www.univers-nature.com/actualite/le-reste/sediments-de-riviere-et-ogm-canada-51619.html

________

Comme à leur habitude les lobbyiste vont rapidement repositionner leur meute pour descendre en flèche et contredire cette réalité mais nous les connaissons très bien et leurs agissements hyper mensonger ne sont maintenant que coutume.

up1
["Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.]

==> Veulent t'ils prendre les gens pour des demeurés en faisant croire que leurs saloperies OGM sont gratuites ???
Allez pauvres truands vos arguments ne tiennent pas et ne tiendrons jamais la route car nul ne veux de vos POISONS .

Up

Allez revenons donc à la réalité, la vérité est donc :

Les éternels grands prescripteurs de POISONS rejoint par soit disant selon leurs dires par une "alliance de cerveaux" ce qui resemble en fait bien plus à une poignée de saltimbanques mobilisés pour faire du bruit en faveur de leur POISONS à la veille des élections .

Mais nul n'est dupe les PETITS JEUX des grands prescripteurs de POISONS de surcroit super lobbyistes pro OGM/PESTICIDES sont parfaitement connus et ne passent surtout pas inaperçus.

Ainsi pour redorer leur image plus que terme de marchands de POISONS ils tentent maintenant d'avancer sous le couvert de la science pour permettre à leur imbuvable intox mensongère de devenir aussi limpide que de l'eau claire .

Mais les consommateurs qui sont aussi les électeurs ne sont surtout pas dupes et de plus en plus informés ils refusent catégoriquement leurs POISONS c'est ainsi que les marchands de POISONS alliés avec des ces "cerveaux" n'aurons aucune chance dans leurs manœuvres aussi chaotique que désespérée à la veilles de ces
élections .

Allez donc pauvre truands lobbyistes rentrez donc vite au vestiaires car votre veste vous y attend.

_______________

Enfin il ne faut pas oublier que:

Le riz doré est un OGM au même titre que tout autre OGM et à ce titre ...

► Parce que les OGM sont environnementalement désastreux .
► Parce que les OGM sont économiquement désastreux .
► Parce que les OGM sont socialement désastreux .

=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas vivable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas viable.
=> Parce que le recours au OGM ce n'est pas équitable.

POUR TOUTES CES GRANDES RAISONS LES OGM VONT A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

==► Pour cette seule et unique raison pas plus les Prix Nobel à la rescousse des super lobbyistes grands prescripteurs de POISONS n' imposerons ces chimères génétiques en force

Toute personne un minimum censée ne peux aujourd’hui admettre et accepté cette morbide évolution sous couvert de la science et qui conduit purement et simplement à l’accaparement de notre alimentation par une sale mafia qui plus est représente un perfide phénomène
A L'ENCONTRE TOTALE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE.

comment peut ont défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle"

Bien contrairement aux nombreux propos fallacieux des lobbyistes grands prescripteurs de POISONS voici un constat super alarmant concernant leurs merdes OGM et ce n'est que le début des mauvaises nouvelles ...
Ceci corrobore mon précédent article cité plus en amont :
http://www.univers-nature.com/actualite/le-reste/sediments-de-riviere-et-ogm-canada-51619.html
___________________

Le ministère français de l'Agriculture a inscrit courant juillet le maïs OGM T25 au catalogue officiel des semences, en dépit de la suspension des cultures génétiquement modifiées en France depuis 2008. AFP

Les plants de maïs transgéniques Bt produisent une substance toxique pour lutter contre les insectes, en particulier la pyrale, qui viennent se nourrir de leurs feuilles ou de leurs grains. Cette protéine insecticide -Cry1Ab- provient d’une bactérie (Bacillus thuringiensis ou Bt) dont le gène a été inséré dans le génome du maïs. Des chercheurs américains ont constaté que la protéine en question produite par les plantes se retrouve dans les cours d’eau avoisinant les champs de maïs (jusqu’à 500 mètres de distance).

L’équipe d’Emma Rosi-Marshall (Cary Institute of Ecosystem Studies, E-U) a réalisé des analyses dans 217 cours d’eau de l’Indiana, six mois après la récolte. 86% des échantillons contenaient des déchets de maïs et pour 23% des sites les chercheurs ont détecté la présence de la protéine insecticide Cry1Ab dans l’eau. La concentration moyenne était de 14 nanogrammes par litre (ng/l).

Aux États-Unis plus de 85% du maïs cultivé est transgénique : soit il est résistant aux herbicides, permettant d’épandre du Round-up sans tuer les plants de maïs, soit il produit la protéine insecticide. Le maïs Bt représente 63% du maïs cultivé aux États-Unis, soit environ 23 millions d’hectares. Sachant que dans des Etats comme l’Indiana, l’Iowa ou l’Illinois 91% des cours d’eau sont situés à moins de 500 mètres d’un champ de maïs la question de la persistance de la protéine Cry1Ab dans l’environnement n’est pas anodine.

Rosi-Marshall et ses collaborateurs, qui publient leur étude cette semaine dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, concluent sur la nécessité de mener davantage d’étude pour savoir si les doses relevées sont toxiques pour d’autres organismes vivants et menacent l’écosystème des cours d’eau.

Source:
https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/ogm-le-mais-bt-laisse-des-traces-dans-les-rivieres_6367

► Suivant le dicton "il n'y a pas de fumée sans feu" à suivre donc ...

Allez le stupide troll va de nouveau s'empresser de déposer sa crotte habituelle ;-)))

va y fonce AMUSE TOI mon pauvre débile grand prescripteur de POISONS

bis comment peut ont défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle"

le 22 février 2017 à 13:26

Ha je me douter bien qu'il ne tarderait pas à revenir afficher sont flot de grandes débilites !!!

Honte à toi grand prescripteur de POISONS de persister à tuer notre planète; nous n'avons vraiment pas besoin de tes POISONS PESTICIDES ET OGM pour nourrir le monde bien au contraire il sont a définitivement bannir avant que les sols ne soient devenus complétement MORTS de façon irrévocables et ainsi totalement irrécupérables suite à leur massive destruction par tes POISONS PESTICIDES OGM sans oublier l'air et l'eau et bien entendu l'homme en bout de chaine.

Le véritable problème est là et nul part ailleurs toutes tes amusettes de troll lobbyiste super enrôleur de Prix Nobel pour donner du tonus à tes âneries ne fonctionne pas et ne fonctionnera jamais .

La chose la plus dommage c'est qu'avec ce numéro de cirque ces lobbyistes grand entraine de Prix Nobel en perte totale de crédibilité . D 'ailleurs nombreux sont ceux qui ont vu clair on rapidement décliner ce perfide enrôlement et à très juste raison car venir cautionné des POISONS est vraiment peu reluisant pour une brillante carrière.

TOUTES VOS SALOPERIES ONT FAIT LEURS PREUVES ET LES RESULTATS SONT ACCABLANTS POUR LES GENERATIONS FUTURES !!!

il est urgent de faire STOP à tous ces POISONS .

rebis comment peut ont défendre une association qui montre un tel mépris pour les mal nourrit ?
OGM: les Nobel accusent Greenpeace d'être dogmatique et "anti-scientifique"

Plus de 100 prix Nobel ont publiquement dénoncé les campagnes de Greenpeace contre les organismes génétiquement modifiés (OGM). Ils défendent en particulier le riz doré, qui pourrait permettre de sauver des centaines de milliers de personnes.

Cette fois, ils ont tapé du poing sur la table. Les campagnes de Greenpeace contre les Organismes génétiquement modifiés (OGM) vont trop loin. Particulièrement celles contre le riz doré. Et ce n'est rien moins que 110 prix Nobel qui l'affirment. Les lauréats, principalement en chimie, physique et médecine -mais aussi en économie, littérature et paix- ont décidé de dénoncer les agissements de l'ONG environnementale dans une lettre ouverte.

Et si une telle "alliance de cerveaux" est déjà un événement exceptionnel, leur colère à peine voilée et la violence de leurs accusations l'est encore davantage. "Nous appelons Greenpeace à cesser sa campagne contre les OGM et le riz doré (...) Combien de pauvres gens dans le monde doivent mourir avant que nous considérions cela comme un crime contre l'humanité?", écrivent-ils. Mais qu'est-ce que le riz doré exactement? Et pourquoi des scientifiques de haut vol sortent-ils ainsi de leurs gongs? De quel crime l'ONG s'est-elle rendu coupable?

La carence en vitamine A: un fléau meurtrier
Le riz doré a été inventé en 1999 en Suisse par deux biologistes -Ingo Potrykus et Peter Beyer- pour répondre à un défi humanitaire colossal: le manque de vitamine A. Cette carence touche 250 millions de personnes dans le monde, particulièrement en Asie du Sud-Est. Dans ces régions, les populations se nourrissent principalement de riz, qui n'est pas assez riche en bêta-carotène -la substance qui produit la vitamine A.

Les conséquences sont dramatiques. "Les manifestations cliniques sont essentiellement observées chez la femme enceinte ou allaitante, et surtout chez l'enfant et le nourrisson", détaille Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS dans le laboratoire de Physiologie Cellulaire Végétale, interrogé par L'Express. Résultat? Entre 250 000 et 500 000 enfants perdent la vue chaque année à cause de cette carence. La moitié meurt 12 mois plus tard, note l'ONU.

"L'OMS fait un travail important de distribution de pilules de bêta-carotène que le corps convertit en vitamine A" mais cela ne suffit pas, ajoute l'expert engagé. D'où l'idée d'intégrer directement la vitamine A dans l'aliment de base des populations -le riz- en concevant une nouvelle variété d'OGM.

Le riz doré: solution pour sauver un million d'enfants par an?
En 2000 le magazine américain Time, en fait la solution susceptible de "sauver un million d'enfants par an". Tout semble aller pour le mieux. Pourtant, le riz doré pose un gros problème aux anti-OGM: il contrecarre leurs critiques traditionnelles. "Greenpeace a bien compris que le succès de ce riz est susceptible de détruire sa vision manichéenne des OGM", souligne Marcel Kuntz.

L'ONG concède que le riz doré relève d'une bonne intention, "mais lance de première campagne contre, critiquant sa teneur trop faible en bêta-carotène" -ce qui est alors vrai-, explique Pierre Barret, chercheur en génétique, diversité et écophysiologie des Céréales à l'INRA, interrogé par L'Express. Mais le prototype est amélioré "dans les années 2005-2006", ajoute-t-il. Greenpeace change alors son fusil d'épaule. Cette fois, les militants affirment que le bêta-carotène et la vitamine A peuvent être dangereux.
Interrogé par L'Express, Suzanne Dalle, la Chargée de campagne Agriculture de Greenpeace, explique que des recherches supplémentaires sont nécessaires. "Il n'est pas encore prouvé que la dernière version du riz doré permet de pallier la carence en vitamine A", indique-t-elle, en partie à raison. Pire, le riz doré est selon elle "un cheval de Troie destiné à faire croire que les OGM sont la solution à la faim dans le monde".

"Le vrai problème est le retard pris par ce riz, reconnaît Marcel Kuntz. Et Greenpeace exploite ce retard", qu'elle a contribué à créer en détruisant des champs et en ralentissant la recherche, estime-t-il. "Il existe des blocages de régulation, d'éventuels blocages culturels -la blancheur du riz est souvent un critère de qualité-, et les blocages plus globaux des ONG qui ne veulent pas d'OGM soit pour des raisons idéologiques, politiques, ou les deux", confirme Pierre Barret.

Les anti-OGM: dogmatiques et "anti-scientifiques"?
Dans une vaste enquête intitulée "Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez", Slate illustre fort bien les arguments fallacieux utilisés par Greenpeace depuis bientôt 20 ans contre le riz doré et plus largement contre les OGM. L'article détaille comment l'ONG est devenue dogmatique, tronquant des études scientifiques pour les faire mentir, défendant ici ce qu'elle attaque ailleurs, confondant corrélation et causalité.

Sollicité par L'Express, l'un des signataires de la lettre ouverte, le Prix Nobel Jean-Marie Lehn, affirme lui que Greenpeace mésestime les bénéfices des OGM et du riz doré "aussi bien pour les pays en développement que pour les pays développés". Et le spécialiste de la chimie supramoléculaire d'enfoncer le clou: l'opposition de l'ONG est tout simplement "anti-scientifique".

"Il est plus facile de faire peur aux gens"
Même Patrick Moore, cofondateur et ex-dirigeant de Greenpeace, a appelé l'ONG à réviser sa position. "Devant l'efficacité du riz doré, et lorsque 6000 vies d'enfants sont en jeu chaque jour, ce n'est plus tenable", écrit-il en 2013. 400 militants venaient alors de détruire un champ d'essai aux Philippines.

"Greenpeace [qui privilégie la solution des compléments alimentaires, NDLR] ignore que les personnes souffrant de cette carence sont trop pauvres pour les acheter, ou même pour avoir un jardin", ajoute-t-il, atterré par les agissements de ses anciens collègues.

LIRE AUSSI >> Et si on parlait sérieusement des OGM?

Faut-il balayer pour autant toutes les critiques contre les OGM? Evidemment non. Cette technologie doit être questionnée et contrôlée de près. "Chacun a le droit de critiquer. Mais il serait bon que les faits -positifs et négatifs- prennent finalement le dessus dans ce débat, conclut Marcel Kuntz, qui regrette que "Greenpeace soit devenu une machine politique sans éthique" qui rejette les OGM en bloc.

Reste à savoir si les prix Nobel réussiront à faire changer d'avis les militants anti-OGM, ainsi que l'opinion, encore largement sceptique. "Je n'en suis vraiment pas sûr, se désole le Nobel Jean-Marie Lehn. Il est bien plus facile d'effrayer les gens que de leur faire accepter une approche scientifique et rationnelle"

Donnez votre avis

Merci de rester courtois, toute insulte sera sanctionnée par :
- le blocage du posteur
- l'effacement des commentaires incriminés

Voir nos conditions d'utilisation

Tous les champs sont obligatoires.

Votre nom sera affiché sur le site, visible de tous et donc indexable par les sites de recherche type Google. Veuillez utiliser un pseudonyme si vous ne voulez pas que votre identité soit visible et se retrouve sur d'autres sites.
Elle ne sert qu'à des fins d'administration et ne sera pas publiée sur le site.
Pour lutter contre le spam publicitaire, de nombreux mots sont interdits dans les commentaires. Si ces mots sont présents, votre commentaire sera automatiquement rejeté ou mis en fil d'attente de modération.
De plus, nous n'acceptons que 3 adresses web (URL) au maximum dans les commentaires.

Si votre commentaire est bloqué, il n'apparaîtra pas.
Merci de patienter pour que celui-ci soit mis en ligne.
Afin de mieux vous connaître, vous pouvez si vous le désirez indiquer votre couleur préférée.