Algues vertes : le risque de zones mortes

Cette année à nouveau, la prolifération d’algues vertes sur les côtes bretonnes fait la Une des médias. Car, l’été, lorsque la température de l’eau augmente, les algues déjà présentes dans l’eau se multiplient et viennent s’échouer sur les plages, où elles se décomposent.

Campagne de France Nature Environnement

Les algues vertes sont toujours là

Ce phénomène, l’eutrophisation, est due à un excès de nutriment (azote, phosphore provenant des eaux usées) qui déséquilibre l’écosystème et qui a pour conséquence une croissance excessive d’espèces végétales (algues vertes).

En Bretagne, ce phénomène est principalement lié à l’élevage et à l’agriculture il est connu depuis plusieurs années.

Notons que la Bretagne a déjà été mise en défaut par la directive nitrate de l’Union européenne, pour ne pas avoir respecté les limites de nitrate autorisées. Dans un rapport de 2010 de la Commission européenne, il est indiqué que : “La pression exercée par l’agriculture varie énormément d’un État membre à l’autre. Les zones à forte charge nutritive sont  notamment les Pays-Bas, la Flandre (Belgique) et la Bretagne (France) (…) En particulier, l’Angleterre, la Flandre et  la Bretagne affichent des valeurs élevées, supérieures à 40 mg/l.
La France a d’ailleurs été condamnée par la Commission européenne pour cause de pollution des eaux de surface par les nitrates en Bretagne, mais n’a finalement jamais payé l’amende…

L’apparition des “zones mortes” : un phénomène mondial qui va en s’aggravant

Ce phénomène de  “marée verte” comporte des risques : le plus connu est la potentielle toxicité pour les mammifères. Mais l’impact majeur est l’apparition de “zones mortes”, un phénomène qui se généralise partout dans le monde (Golfe du Mexique, Californie, Canada, Bretagne…).
Les eaux de ruissellement associées aux pratiques agricoles industrielles transportent des quantités importantes d’engrais, ce qui a pour effet d’étouffer les rivières, les lacs et les océans.

L’usage excessif de fertilisants artificiels et l’entreposage inadéquat du lisier provenant des élevages ont pour effet de rejeter chaque année dans les cours d’eau de la planète 27 millions de tonnes de matières azotées polluantes. Cette pollution favorise la croissance explosive d’algues ayant pour effet de priver les eaux d’oxygène dont la présence est indispensable à la vie, en plus de réunir des conditions favorables à la croissance de bactéries pathogènes.
La croissance de ces algues ou fleurs d’eau finit par créer des zones mortes, lesquelles sont devenues une réalité récurrente dans tous les océans et sur tous les continents. Le problème ne fera qu’augmenter au fur et à mesure que nos océans et nos eaux intérieures deviendront de plus en plus chauds en raison du climat. À moins que des mesures ne soient adoptées pour lutter contre l’usage excessif des engrais, la diversité biologique continuera de décroître, les pêches côtières et celles à l’intérieur des terres seront affectées et bien des plages pourraient devenir durant l’été des zones toxiques et dénuées de vie à éviter.
Le rapport de Greenpeace intitulé Zones mortes et publié en 2008, reste plus que jamais d’actualité. Ce rapport démontre comment aller de l’avant grâce à une révolution agricole durable.

La publication comporte des suggestions qui, si elles sont mises en pratique, permettraient de mettre un terme aux éclosions d’algues dangereuses. Parmi ces recommandations, citons notamment : l’élimination des eaux de ruissellement chargées de fertilisants par un emploi minimal des engrais et une couverture végétale permanente sur les sols; le rétablissement de la végétation naturelle le long des cours d’eau et des plans d’eau afin d’améliorer la rétention des nutriments et un meilleur financement de la recherche afin de mieux comprendre l’impact des nutriments dans la prolifération des zones mortes.

Télécharger le rapport Zones Mortes

Pour aller plus loin, les associations engagées sur le sujet :
L’association Eaux et Rivières
France Nature Environnement

Vos commentaires

Poster un commentaire

45 commentaires pour « Algues vertes : le risque de zones mortes  »

Ce n'est jamais trop tard d'agir, pour l'instant du moins!

François

Il serait grand temps de bien penser et de bien agir ! l'avenir de notre planète en dépend et celui de nos enfants et petis enfants aussi !!!!

Il serait grand temps de bien penser et de bien agir ! l'avenir de notre planète en dépend et celui de nos enfants et petits enfants aussi !!!!

On se demande ce que certains attendent...quels enjeux il y a t-il derrière cette pollution qui finira pas devenir irrémédiable? Est-ce encore des intérêts économiques, politiques qui pèsent toujours plus lourd sur la balance. Il ne devrait même pas il y avoir de choix à faire. C'est une évidence ! Mais que protège t-on donc de plus essentiel que notre santé, celle de nos descendants qui dépendent de la santé et de l'équilibre de la grande biodiversité de notre planète ?

L'agriculture industrielle et intensive, de par ses techniques, ne fait pas que déséquilibrer les taux de Nitrates et potassium véhiculée dans l'environnement par les eaux d'écoulements. Elle détruit aussi la vie de nos sol.
Regardez le film : " Solutions locales pour un désordre global " pour en savoir plus sur la microbiologie des sols par le biais des recherches de monsieur Claude Bourguignon (conférences filmées trouvable sur le net).
C'est très interssant, instructif, et ça ouvre les yeux sur pas mal de solutions possibles si les gens suivaient.

De toute façon, il n'y a que nous et notre manière de vivre qui changeront tout ça!!!

__la tuerie de la la vie est en marche ça se voit en syrie les bl surfaces de tr viables diminuent vitSS grand V, qltures 1tensives de tous poils, mont des ox, strilit dfinitive pour l'étrnit des 1stallox nuc dont tchrnobyl et fukushima, mds d'usines et de trol'p viqles mds de puits de trol'p des trolls, (btonnages : expansion de l'éroport de nantes encore et toujours pour le profit des v1ci et cie constante blm réqrent 1compatible avec la vie), dforstation, pnsylvanie dzrtifié etc .....
--architectes et urbanistes prévoient de vivre sur et sous l'o conçoivent des villes grappes + nombreux gigantsqes gr1 tl isbrgue sous la surface des ocans (attention prq d'atomic sous-mar1 chalutier coulé ne puis en parler)

__mais ou avais-je la tetê mon dieu j'allais oublier le vecteur 01 à k-c l'spas les laides zones militr, qe seriez-vous 100 l pour dfendre vos h-a par tonnes et tonnes de chooz chimico-chiméric ox divrs monsanto et cie af1 d'empoisonner ENRON le vil1 et de la cit ses dfroqées-és prov1ciox

La seule solution, c'est l'agriculture biologique et la réduction des élevages (donc la réduction de la consommation de viande) !

__40 ans q'existent des ong anti-polluSSion depuis 40 ans il est encore time de régler ça, q'ont m'explic je suis prdu, la radiklit c'est du coup 1 rechrche de lutte unitr pacific planétr 100 oublier ceci l'écoloj 100 égalit n'est pas l'écoloj entre ouvrier et pdg qantit abrupte de différence d'€ volés

Greenpeace publie cet article dans la rubrique "OGM".... C'est pas un peu hors-sujet ? Il y a pourtant une rubrique "océan", peut-être que cet article y aurait trouvé sa place.

boycotons l'élevage de porc industriel et forcons les grands grouppes financier à agir et la pollution diminuera car ce sont les lobbyes qui sont responsables

__40 ans q’existent des ong anti-polluSSion depuis 40 ans il est encore time de régler ça il sera time encore 1 étrnit de time de régler ça 7 mode de la dstructio de l'spas vie !! - l’écoloj 100 égalit n’est pas l’écoloj entre ouvrier et pdg qantit abrupte de différence d’€ volés

Oui nous devons fortement developer l'agriculture biologique et l'assainissement pour preserver les qualité de l'eau.
Mais il est extremment urgent de stoper le nucléaire qui utilise une quantité énorme d'eau pour refroidir les réacteurs,
cette eau ainsi réchauffée contribue énormément à l'accélération de l'eutrophisation.
Une polution sournoise mais bien réelle...

futur disparition de la rubrique ogm (comme a disparu la rubrique nucléaire) sur le site greenpeace?

Bonjour,

@GFP, @aatea, cet article est publié dans cette rubrique en raison de son lien étroit avec la thématique de l'agriculture durable et raisonnable, qui inclut également les OGM.
Le sujet OGM ne disparaitra pas, tout comme le sujet nucléaire n'a pas disparu, bien au contraire ! http://energie-climat.greenpeace.fr/tag/nucleaire

merci à tous de votre présence qui vient enrichir le débat

Deja, en 1981, la plage de Binic etait saturée d'algues vertes, on cherchait la plage sauvage indemne...les enjeux economiques de l'agricuture sont tels qu'un bras de force est engagé...sur tous les sangliers moins 1, morts sur la plage ces jours ci dans le 22,, on a trouvé le gaz degagé par les algues vertes mais on dit, surtout l'elu local, qu'un n'a pas ce gaz dans les poumons DONC ils sont tous morts d'autres choses....la saison touristique ne doit pas etre gachée...j'adore la bretagne et les Cotes d'Armor ou j'ai habité, mais il faut lutter contre le lobby agricole et que l'europe fasse plier les responsables; nous on peut manger du jambon bio mais est ce suffisant?et du poulet qui court c'est mieux qu'en cage,

Le président du conseil régional de Bretagne voulait porter plainte contre cette affiche de France Nature Environnement, déplorant son impact négatif sur l'image de la région, avant de retrouver ses esprits. Faudra-t-il s'étonner si maintenant, il compte combattre en justice les sangliers pour leur interdire de venir s'intoxiquer par les algues vertes et ainsi nuire à la réputation de la Bretagne ? Ou bien les mesures préconisées par Greenpeace seront-elles enfin mises en place pour juguler ce phénomène dangereux ? Marcher sur la tête pendant 40 ans semble tellement surréaliste !

vous avez dit "agriculture durable" ? Cela fait au moins cinq ans qu on nous dit que GP va demarrer une "vraie campagne" agriculture durable, en France et a l international, et je l attends toujours .... La patience est la mere de toutes les vertus, mais vingt-dieux faudrait s y mettre reellement un jour avec autre chose qu un rapport (certes, bien fait) ou des voeux pieux.

+ 1 françois

Une campagne plus globale sur l'agriculture (pas uniquement centrée sur les OGMs, car ils ne sont pas les seuls problèmes que posent l'agriculture intensive) serait la bienvenue (après, je suppose que ça nécessite un peu de temps pour en maîtriser toutes les problématiques... mais pas des années non plus...).

Il existe un moyen de réduire voire de supprimer la prolifération des algues vertes. Cette méthode est purement mécanique (des fluides) et à pour but de diluer les nitrates dans les zones quasi stagnantes. Cela n'est pas applicable sur toutes les côtes touchées par la prolifération des ulves. Certaines zones sont de bonnes candidates à l'application de cette technologie. Cela suppose de faire travailler ensemble Ifremer, CEVA, DCNS et des universitaires. Autrement dit cela demande une volonté politique de régler des conflits d'intérêts souvent très contradictoires. L'avantage de travailler dans ce sens et de donner un peu de temps aux actions visant à réduire les rejets de nitrates. Si vous désirez en parler...

Il serait peut etre temps que nos gouvernements trouvent des solutions et agissent ...

GFP et aatea qui commençaient à avoir une petite érection en s'imaginant que GP allait laisser tomber son combat anti-OGM !!!! Quelle bande de nuls !!!!

@ jay jay

"Il serait peut etre temps que nos gouvernements trouvent des solutions et agissent …"

- N'attendons pas le gouvernement. Supprimons à jamais le porc et les volailles élevés en batterie et gonflés d'OGM et d'antibiotiques de merde de notre alimentation.Il est très facile (et souvent très économique) de diminuer considérablement notre consommation de viande. Agissons !
Le bio, avec un changement de nos habitudes alimentaires peut nous faire faire de considérables économies et un grand bien pour notre environnement. Il permet aussi de casser ce système qui vise à soumettre notre alimentation aux multi nationales de l'agro.

heu, 01010101... vous parlez en quelle langue? je n'ai rien compris?
;)

Bonne nouvelle , l'Inde porte plainte contre Monsanto et créé un répertoire de toutes ses recettes et plantes traditionnelles médicinales qui interdisent aux labos de pouvoir s'en servir ou de les modifier !

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/08/17/monsanto-poursuivi-pour-biopiraterie-par-l-inde_1560365_3244.html#ens_id=1557369

Merci Cyril pour cette excellente nouvelle !

Le Canard Enchainé 27 juillet 2011 :
Haro sur le Bio :
Du jour au lendemain, il serait devenu dangereux de manger bio. La faute aux graines germées allemandes farcies d'E. coli qui, le mois dernier, ont envoyé ad patres 43 personnes. Victime collatérale: le concombre espagnol, accusé à tort dans un premier temps. Les partisans de l'agriculture intensive tenaient leur revanche. Ils allaient enfin pouvoir tordre le cou au bio, se débarrasser de ces casse-pieds d'écolos, empêcheurs de pesticider en rond. Et de battre tambour dans la presse sur le thème: il est plus risqué d'avaler des tomates ou des salades élevées en plein champ que des légumes industriels gavés et vaporisés aux produits chimiques,
Avec comme preuve irréfutable une étude réalisée en 1996 par le CDC d'Atlanta, le nec plus ultra de la recherche sur les maladies infectieuses. On y apprenait que les adeptes du bio présentaient huit fois plus de risques que les autres d'attraper une infection microbienne ! Une étude maintes fois reprise dans la presse. Tout dernièrement encore, deux directeurs de recherche au CNRS remettaient le couvert dans une tribune publiée par « Libération» (27/6). Après avoir cité le travail des chercheurs du CDC, les deux biologistes concluaient: « Il est donc indéniable que les mérites de l'agriculture biologique s'accompagnent inévitablement de risques sanitaires spécifiques. »
Mais il y a comme un noyau dans le clafoutis: la fameuse étude comparant les risques des aliments bio et non bio n'existe tout simplement pas! La première fois qu'il en est question, c'est dans un article du « New York Times », en 1996, sous la plume d'un certain Dennis Avery, connu pour être l'un des principaux opposants au bio. Cet Américain travaille pour le Hudson Institute, un think tank sur l'environnement financé par des poids lourds de l'agrochimie comme Monsanto, Novartis et consorts. Un hasard, sans doute ...
C'est un ingénieur agronome, Claude Aubert, pionnier du bio en France, qui vient de lever le lièvre. Et de raconter au «Canard »: « Dès 1999, le CDC a démenti avoir mené cette étude mais certains ont continué à fa diffuser comme si de rien n'était! » Entourloupe d'autant plus fâcheuse que, lorsqu'on épluche les vraies recherches scientifigues, le bio s'en tire un chouïa mieux.
« Les travaux menés ces dix dernières années montrent qu'il y a plutôt moins d'E. coli et de bactéries résistantes aux antibiotiques dans les produits bio» indique François Veillerette, de l'association écolo Générations futures. Et, cette fois, ce ne sont pas des salades ...

Excellente info Pancho.

Ca illustre bien à quel point il faut se méfier des "think tanks", ces organes de lobbying qui ne reculent souvent devant rien, y compris la désinformation, pour défendre les intérêts de leurs puissants membres...

vous connaissez des très hauts responsables politiques végétariens ? En Europe. Moi personnellement je n'arrive pas à me contenter que de légumes.
De même vous connaisseez des gens qui n'ont pas envie de travailler du tout ? Moi j'en connais et ce n'est pas interdit, mais à la condition d'avoir des revenus suffisants pour vivre selon ses choix. nous allons être 7 milliards d'individus sur terre et j'ai un peu l'impression que certaines grosses têtes, pensent que l'élimination se fera naturellement et qu'il restera toujours suffisament de ressources pour ceux qui pensent "après nous le déluge". J'espère que je me trompe.

E Coli : Les attaques récentes contre les produits biologiques reposaient sur…une étude qui n’existe pas !

http://mdrgf.c.topica.com/maao94qab…

Suite à l’affaire des graines germées contaminées par des souches virulentes d’E.Coli, les produits bio ont été injustement montrés du doigt comme étant prétendument dangereux. Ces accusations reposent en fait sur des études qui n’existent pas !

Rappels des faits. Le 27 juin dernier deux directeurs de recherche du CNRS n’ont pas hésité à publier une tribune dans le journal Libération prétendant que le Centre de contrôle des maladies infectieuses d’Atlanta (Center for Disease Control d’Atlanta -CDC ) aurait réalisé une étude en 1996 liant un tiers des 250 décès dus à une souche pathogène d’E.Coli à la consommation de produits biologiques ( alors qu’ils ne représentaient que 1% des aliments consommés aux Etats-Unis). Et nos deux scientifiques français de conclure : « Il est donc indéniable que les mérites de l’agriculture biologique s’accompagnent inévitablement de risques alimentaires spécifiques ». Les conséquences sur l’image des produits bio ne se sont pas fait attendre comme devait le confirmer un sondage réalisé par le WWF(1).

Générations Futures (GF) et la Fédérations Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) révèlent aujourd’hui que cette assertion repose sur …une étude qui n’existe pas !

D’où vient cette soit disant étude ? Contacté, un des scientifiques du CNRS ne donne pas de référence pour cette supposée étude américaine mais se contente de dire qu’elle serait tirée d’un livre de Alan McHughen, un scientifique canadien. Le problème, c’est que ce McHughen n’a fait dans ses livres (2) que reprendre les dires d’un certain Dennis T. Avery qui colporte depuis des années une rumeur selon laquelle le Center for Disease Control d’Atlanta aurait réalisé en 1996 une étude comparative bio / conventionnel montrant que les personnes mangeant des aliments bio ont beaucoup plus de risque d’être infectés par E.coli.

Pas plus de risque d’infection en bio. Cette affirmation a été vigoureusement démentie dès 1999, y compris par des cadres dirigeants du CDC niant vigoureusement avoir conduit de tels travaux comparant le risque d’infection par E.Coli en fonction du mode de production, bio ou non bio (3).

Précisions : Dennis T. Avery (4) travaille pour le Hudson Institute (5), un think tank conservateur. Avery travaille sur l’agriculture et les biotechnologies et consacre une énergie considérable à dénigrer l’agriculture biologique. A noter que le Hudson Institute a reçu des fonds de firmes comme Monsanto, Syngenta, Dow Agroscience, Dupont…sans commentaire.

« Alors que les consommateurs plébiscitent les produits bio, les adversaires de l’écologie et de l’agriculture biologique essayent par tous les moyens de décrédibiliser la bio depuis de longs mois. Les accusations de chercheurs publics reposant sur des rumeurs sont inacceptables. Elles doivent être démenties immédiatement et publiquement. » déclare François Veillerette, Porte parole de Générations Futures.

« La FNAB estime que les propos tenus par les deux scientifiques du CNRS sur les aliments bio sans référence scientifique portent atteinte à la fois à la filière agriculture biologique et à la crédibilité du CNRS. Elle se réserve le droit d’agir en conséquence. » ajoute Dominique Marion, Président de la FNAB.

1 : http://www.enviro2b.com/2011/07/08/…
2 : http://www.lobbywatch.org/profile1….
3 : http://www.sourcewatch.org/index.ph…
4 : http://en.wikipedia.org/wiki/Dennis…
5 : http://en.wikipedia.org/wiki/Hudson…

@ précaire

"Moi personnellement je n’arrive pas à me contenter que de légumes."

- Je ne te comprend pas ! Quelqu'un t'aurait conseillé de devenir végétarien ?

@ZEPPE@non, personne, mais je dispose de 500 euros pour vivre. et en France vue le PIB, PNB, c'est dur de vivre avec 500@. le problème et que je refuse d'aller vivre ailleurs ! bien sûr, j'ai travaillé 35 ans et notament dans la commutation téléphonique. Donc budget alimentaire restreint, et les assocations de collecte alimentaire collectent malheureusement peu de bio !

bref, l'élimination des masses précaires dont je fais partie à commencer. ce n'est pas de la paranoïa, mais une constatation de terrain.

mais bon j'aime les steacks tartare ! Et puis en cas de grande déficience on peut être mis sous perfusion.

l'homme moderne est une espèce en voie de disparition. Nous en sommes tous!

@ précaire

je comprend qu'avec ta situation et tes 500 € mensuel tu aies d'autres préoccupations que celles de consommer bio !
Ceci dit, avec un tel budget, je te conseillerais d'y aller molo avec le steaks Tartare ! Ce n'est pas ce qu'il y a de plus économique ! 2 oeufs sur le plat bio accompagnées d'un plat de pâtes bio, une boite de petits pois bio ou une purée bio et un yaourt bio en dessert , çà coûte moins cher que ton steak Tartare et c'est au moins aussi nourrissant.
Je souhaite sincèrement que ta situation s'améliore et que tu pourras un jour choisir de consommer, en tenant compte de la protection de l'environnement, c'est à dire en choisissant de consommer du bio.

@merci zeppe@ mais je préfère le tartare, et les oeufs en trop grande quantité celà m'est néfaste, je suis omnivore. De plus pour faire certains travaux dits de force mieux vaut être bien alimenté! ou alors être complètement sous l'emprise "d'édulcorants" qui vous font perdre toutes notions de réalité et décuplent les forces, brièvement et vous laisse K.O. je suis pour une alimentation variée et saine.
j'ai une petite santé!

De toute façon avec une nourriture non équilibrée ont abrège sa durée de vie. Pour le peu qu'on nous suprime l'accès au progrès médicaux, on retournera au moyen-âge. Et c'est ce qui risque de se produire si l'on ne lutte pas déjà en France pour protéger nos acquis sociaux avec notre environnement.

Les nitrates sont des produits chimiques produits par des industries. Les produits chimiques sont régis par le règlement européen REACH qui subordonne toute utilisation à la conformité avec un scénario d'utilisation qui doit avoir un volet environnement. L'application du règlement empêcherait l'épandage alors pourquoi tout ce blabla et aucune action alors que les moyens existent ?

Alors cela me fait bien rigoler avec le travailleur de force qui à besoin de viande????
Mon métier est très usant: tous les jours 1 à 2 tonnes de matériaux à déplacer, monter descendre d'échelles, etc.
La viande j'en prend un peu soit 2x par semaines à grand maxi 6x, le reste de tout et du BIO.
Et tout va bien, peu être un peu fatigué mais bon est-ce grave du moment que cela soit pas dangereux.
La vie de patachon ont la choisie et parfois pas! le but est de faire ce que l'ont aime;
Et d'avoir des actes responsables pour l'avenir, sans tomber dans l'extrême.
Nos achats détermine l'avenir de notre société!
Si vous continuez à favoriser les transports inutile de denrées (nourritures).
Les traitements scandaleux des légumes, céréales et viandes!

La planète "plastic" et "chimique" va bientôt nous remettre dans le droit chemin car bientôt il faudra survire, l'abondance ne sera plus!!

Vous les jeunes et les courageux: tout est possible, plus de télé, regrouper vous, travailler pour vous entre vous, ou en échange de services, réquisitionner des terrains, champs, maisons abandonnées.
Optez pour la traction animale, les transports grouper (n'allez pas jusqu'à utiliser la galerie (le toit) pour transporter plus de monde....
Le monde va changer, à nous de réaliser ce qui va dans le "bon sens".

POLOGNE - LE PRÉSIDENT S’OPPOSE À UNE LOI FAVORABLE AUX OGM

http://www.infogm.org/spip.php?article4873#nb2

nous sommes tous responsables ! il faut diminuer la conso de viande et exiger la qualité " fermier " - evidemment c'est un peu plus cher mais en consommant moins de viande on s'en sort - personnellement je n'arrive plus a acheter cette viande a bas prix ou en promo mais qui est elevee aux produits chimiques et dans des conditions deplorables - on est tous responsables mais on peut tous agir !!

Encore une info à méditer :
Rue89

Quand la diplomatie américaine était au service de Monsanto

http://www.rue89.com/2011/08/27/quand-la-diplomatie-americaine-etait-au-service-de-monsanto-219541

on entend souvent que la cause principale sont les cochons avec le lisier. on effleure a peine le problème des eaux usées. pour tout le monde, ce sont les cochons mais lesquels? ceux à 4 pattes ou ceux à 2 pattes?
il faut remarquer que la population ne cesse d'augmenter, surtout le long des cotes, il faut bien avacuer toutes ces eaux usées. y a t-il déjà eu une étude sur l'impact des stations d'épuration sur la faune et la flore? y a t-il des études sur leurs rejets dans la nature?
j'ai vu de mes propre yeux une station de type lagune avec 3 bassins, le premier bassin déversait directement dans le ruisseau qui passait à coté. Alors du coup, je me pose des questions sur la responsabilité de l'apparition de l'algue verte.
je pense que l'on est sans doute tous un peu responsable.
à méditer...

J'apprends avec stupeur ce matin, par la voix d'Alain Baraton sur France Inter que les pesticides/engrais chimiques ne sont taxés qu'à 5,5% de TVA.
1) Une vrai catastrophe pour l'environnement, nous qui sommes le premier pays consommateur de pesticide du monde (on comprend pourquoi !).
2) Si la TVA sur ces produits de merde made in Monsanto/Bayer/ BASF , Novartis...ect étaient taxés normalement , c'est à dire à 19,6%, on s'apercevrait qu'en fin de compte les produits bio ne sont pas plus cher.
Il faut mettre la TVA à 19?6% sur tous les pesticides/engrais chimiques et ramener la TVA à 5,5% sur TOUS les produits bio.

C'est scandaleux.
Il faut virer au plus vite ce gouvernement ultra libérale et incompétent.

http://www.questionfiscale.com/Taux-reduit-de-TVA-sur-les-engrais-et-pesticides_a1322.html

iy3W3j cxruwijhmwmp

Notre maison est sur la rive d' un estuaire à quelques mètres des algues vertes, la chance que nous avons est qu' il y a un courant très fort elles ne peuvent donc s' accumuler. Par contre à marée basse nous voyons ces algues vertes recouvrir comme un manteau toutes les tables supportant les poches d' huitres de tous les parcs ostréicoles. Il faut donc à chaque grande marée retourner toutes les poches pour libérer les huitres et leur garantir la croissance. Jamais je n' ai entendu un ostréiculteur protester contre ces algues vertes pourquoi ? Je me pose la question : le surplus d' azote dans l' eau de l' estuaire bénéficie à la croissance des algues vertes mais aussi des huitres... Donc silence ! Quelqu' un parmi vous aurait il assez de connaissance en la matière pour donner une réponse scientifique. Merci

Les commentaires sont fermés